Dans son dernier rapport, Capgemini montre que l’application de bonnes pratiques par les DSI entraîne une réduction notable des dépenses IT dans les entreprises. Cette étude, réalisée sur 5 ans, a permis de corréler performance et bonnes pratiques en analysant une centaine de portefeuilles de grandes entreprises et leurs 67 000 applications.

Les résultats sont fonction des stratégies mises en place dans trois domaines principaux. Le point le plus essentiel réside dans la formulation de la demande, dont dépendent les applications qui sont introduites dans le portefeuille. Le choix d’une structure organisationnelle adaptée pour gérer les activités de ce dernier entraîne également de meilleurs résultats.

Jusqu’à 37 % d’économie réalisée

Il apparaît qu’au sein des entreprises les plus performantes, 80 % des applications dites critiques bénéficient d’une demande de qualité. Celle-ci implique en effet une solution plus adaptée aux besoins, plus facile à gérer et qui permet donc de réduire les coûts (15 % au total).

Des économies (4 %) sont aussi effectives dès que l’on réduit la longue traîne des petites applications au sein de l’entreprise. Enfin, un modèle opérationnel tourné vers l’industrialisation, les prestations offshore, les technologies SMAC ou les méthodes agiles permettrait de réaliser des économies de 18 % en moyenne.

Dans ce contexte, Capgemini propose aux DSI un outil d’évaluation, appelé eAPM, pour analyser leurs performances, résoudre leurs problématiques et quantifier les économies qui peuvent être réalisées.