Le cabinet d’analyse et de conseil CXP vient de publier une étude sur l’équipement en ERP (Enterprise Resource Planning) et sur ses usages dans les entreprises, enquête réalisée à la demande de l’éditeur Sage. Les résultats qui en découlent témoignent de l’imposante part de marché encore réservée aux ERP généralistes, à défaut des ERP métiers qui sont plus rapides à mettre en œuvre mais rendent plus complexe la communication entre les éléments communs à l’entreprise (clients, fournisseurs, produits…).

En grande majorité, ce sont donc des ERP généralistes qui sont utilisés (62 % des entreprises à l’international et 58 % en France).

À l’échelle internationale, 21% des sociétés utilisent un ERP métier. En France, le chiffre est à peine plus important de 2 %.

Des délais inconnus

De façon globale, les entreprises utilisent les différents modules (comptabilité, achats, logistique) des ERP depuis en moyenne plus de sept ans. L’utilisation des modules CRM est plus récente. Pour les utilisateurs, les principaux apports d’un ERP sont la centralisation de l’information (92 %), le référentiel unique (89 %) et la qualité des données (à 79 %).

Au niveau du déploiement des ERP, les sociétés sondées déclarent, pour un quart d’entre elles, que les délais ont été respectés. 19 % confient ne pas savoir combien de temps a été nécessaire à la mise en place du ou des PGI.

D’où la nécessité pour les fournisseurs tels SAP, Sage ou Oracle (placés dans le top 3 des fournisseurs d’ERP les plus utilisés) de simplifier leurs offres. Et de placer l’utilisateur au cœur de la solution, comme l’a récemment mis en exergue Sage avec la nouvelle version de son ERP X3.