Quand Big Blue se lance dans quelque chose, ce n’est pas à moitié. Surtout lorsqu’il s’agit d’un marché aussi porteur que l’Internet des objets, qui devrait représenter 1 700 Md$ en 2020. Huit mois après l’annonce d’un investissement de 3 Md$ dans l’IoT, IBM confirme en ouvrant à Munich, en Allemagne, le siège mondial de Watson IoT, une division du groupe dont IBM veut appliquer les technologies cognitives aux objets connectés.

Plus important investissement d’IBM en Europe depuis près de 20 ans, le centre de Munich devrait accueillir au moins 1 000 data scientists, programmeurs et chercheurs. Huit autres centres dits d’expérience client suivront en Chine, au Japon, en Corée du Sud et aux États-Unis. Une série d’annonces qui en dit long sur l’importance accordée au secteur par IBM.

Du cognitif pour l’IoT

Parallèlement à l’ouverture du centre munichois, mais dans la poursuite d’un même objectif, IBM lance Watson API Services qui propose quatre familles d’API destinées à accélérer l’usage des technologies cognitives dans l’IoT. NLP offre ainsi la possibilité d’utiliser la voix humaine pour interagir avec les appareils. Machine Learning Watson repose, quant à elle, sur l’apprentissage automatique. En automatisant le traitement des données et en surveillant les interactions, elle permet de classer les résultats en fonction des priorités apprises ou paramétrées. Enfin, Video and Image Analytics et Text Analytics proposent d’explorer lesdits formats pour en tirer données et corrélations afin d’identifier d’éventuels problèmes utilisateurs.