Plus que le management, ce sont les collègues qui sont le plus à même de susciter l’engagement des salariés envers leur travail, si l’on en croit une récente enquête menée par Oracle auprès de 1 511 collaborateurs de grandes entreprises européennes. C’est en tout cas l’avis de 42 % des salariés européens interrogés et de 31 % des Français, lesquels placent leurs supérieurs hiérarchiques à bonne distance (21 %) et les RH beaucoup plus loin encore (4 %).

Alors qu’un meilleur engagement est susceptible d’améliorer la productivité, celui-ci est mal pris en compte par le management. 34% seulement des salariés français considèrent bénéficier d’interactions régulières avec leurs managers. La moitié aimerait qu’elles soient plus fréquentes (49 %). 

Une stratégie RH à moderniser

Reconnaissance de leur travail, explication de leur importance dans l’entreprise, exécution de tâches gratifiantes : selon ce sondage, les salariés auraient du mal à se faire entendre sur ces thèmes dans beaucoup d’entreprises européennes. Oracle enfonce encore le clou en sortant sa carte « Génération Y », qui comprendrait 79 % de salariés n’ayant pas de discussions régulières au sujet de leur évolution dans l’entreprise avec leurs supérieurs.

Des responsables qui seraient plus d’un sur deux à ne pas savoir bien donner leur avis sur le travail des salariés… À ce stade, l’éditeur de logiciels professionnels sort « discrètement » du bois en invitant subtilement les entreprises à repenser au plus vite la gestion RH, en s’appuyant par exemple sur des outils de type big data ou gestion des talents, sous peine de voir les meilleurs spécialistes passer leur chemin…