Le marché des Télécoms est gouverné en Europe par des règlements de plus en plus contraignants et une volonté de conserver une souveraineté sur ces infrastructures critiques. De quoi mettre en position très délicate Huawei, autrefois partenaire majeur de nos opérateurs, dont le président de la filiale française est l’invité de Guy Hervier.

Huawei est une marque qui a beaucoup contribué à l’expansion des réseaux mobiles 3G et 4G en France et en Europe. Mais le constructeur Chinois même s’il n’est pas officiellement banni en Europe (comme il peut l’être aux USA) a été écarté des processus d’approbation et de certification pour les infrastructures 5G, alors qu’il détient probablement le plus de brevets au monde sur cette technologie. L’entreprise reste un formidable champion de l’innovation mais n’ayant plus accès aux technologies américaines se trouvent désormais très défavorisés. Il n’apparaît même plus dans le Top 5 mondial des fabricants de smartphones alors qu’il était proche d’en prendre la tête il y a trois ans.
Aujourd’hui, le constructeur veut aussi s’imposer comme équipementier B2B des datacenters. Il affirme avoir connu 30% de croissance sur le marché français B2B et avoir concrétisé plus de 700 projets en 2021. Son président, Weiliang Shi, évoque les succès technologiques de l’entreprise en France mais aussi les difficultés posées par le climat géopolitique international. Il revient aussi sur l’importance de la R&D pour le groupe qui a ouvert 5 centres R&D en France ainsi que sur son investissement dans les startups et le milieu éducatif.