Selon Gartner, la Polarisation Politique fait désormais partie du Top 5 des risques émergents que les entreprises doivent prendre en compte

Gouvernance

La polarisation politique est devenue un risque émergeant pour les entreprises

Par Laurent Delattre, publié le 12 février 2024

Face à la montée de la polarisation politique, exacerbée par les dynamiques et algorithmes des réseaux sociaux, les entreprises sont confrontées à un nouveau paysage de risques, où la gestion de l’instabilité géopolitique devient primordiale pour la pérennité du business… et la démocratie elle-même.

En 2020, Bill Gates portait dans un billet de blog un regard critique et instructif sur les prédictions et visions du futur qu’il formulait, 25 ans plus tôt, dans son ouvrage « The Road Ahead ». Il notait notamment : « Une idée qui est au cœur de The Road Ahead est que la technologie permettrait un réseautage social sans précédent. Elle s’est concrétisée. Je suis cependant surpris de la manière dont les réseaux sociaux à la fois nous rapprochent mais contribuent aussi à une atmosphère bien plus polarisée. Je n’avais pas prévu à quel point les gens choisiraient de filtrer les différentes perspectives et de renforcer leurs propres points de vue » au travers de ces réseaux.

Force est de reconnaître, que le monde actuel à une forte tendance à la polarisation des points de vue. Et c’est le moins que l’on puisse dire. Le phénomène est mondial.

Au point que cette escalade vers la polarisation politique à travers le monde vient de faire son entrée dans le tableau des « risques émergents » du Gartner pour la toute première fois. Et pas tout au fond du classement. Ce risque entre directement en seconde position, juste derrière la disponibilité à grande échelle des IA génératives et de leur potentiel.

« Les responsables de la gestion des risques à travers le monde se montrent clairement préoccupés par les implications potentielles de l’escalade des tensions et des conflits dans le monde entier », confirme Ran Xu, directeur de la recherche au sein de Gartner Risk & Audit Practice. « Qu’il s’agisse de l’Ukraine, du Moyen-Orient, de la mer de Chine orientale, de l’Amérique du Sud, de l’Afrique, de l’Europe occidentale ou des États-Unis, il est évident que l’instabilité géopolitique est due à une polarisation politique croissante autour d’un certain nombre de questions ».

Pour les experts du Gartner, trois facteurs principaux conduisent à cette polarisation politique devenue « risque » pour les entreprises et leur business :

1/ L’intensification des algorithmes des réseaux sociaux

Conçus pour garantir à la fois la rétention mais aussi l’engagement des internautes, les algorithmes de présentation personnalisée des contenus sur les réseaux sociaux contribuent – comme l’explique très bien Bill Gates – à siloter l’information, à polariser les opinions (en ne présentant qu’une ‘vérité’ à laquelle adhère déjà l’utilisateur) et à renforcer les positions politiques jusqu’à les « extrêmiser ».

2/ Le pessimise économique omniprésent

Inflation générale… Des taux d’intérêt en hausse… Et au-delà, un coût de l’immobilier qui a explosé en trois décennies au-delà de l’imaginable et des écarts sociaux qui ne cessent de se creuser… Les finances des particuliers sont dans le rouge. Et « les préoccupations économiques qui en découlent poussent souvent à des réalignements idéologiques extrêmes » alertent le Gartner.

3/ La politisation des institutions civiques

Gartner constate que « les institutions civiques autrefois neutres (par exemple, le système éducatif) étant soumises à un contrôle politique croissant, la confiance du public à leur égard vacille et les individus recherchent souvent des sources d’information non conventionnelles qui s’alignent sur leurs croyances préexistantes, ce qui renforce encore l’impact des algorithmes des médias sociaux ».

Alors que les européens sont appelés à voter pour leur parlement en juin, que les américains vont élire leur président le 5 novembre prochain, et qu’au total 4 milliards de personnes sur la planète sont appelées à voter pour une élection politique majeure en 2024, il n’est guère étonnant de voir cette « polarisation politique », portée et accentuée par les réseaux sociaux, se métamorphoser en risque majeur pour les entreprises, leur stabilité financière et la solidité de leur business. Même s’il s’agit aussi et d’abord d’un risque pour la démocratie… et pour les démocraties.

Reste que le Gartner énonce des faits sans vraiment proposer de solutions. Les pistes sont certes connues : promouvoir le civisme, promouvoir l’acceptation des résultats électoraux (l’inverse de ce que Donald Trump a fait par exemple), promouvoir la diversité des opinions comme une richesse, ériger l’empathie et la compassion au-dessus des autres valeurs… Ces pistes, souvent évoquées au niveau des pays et des démocraties, peuvent aussi s’appliquer dans l’entreprise et à l’échelle de l’entreprise. Même si, bien sûr, cette polarisation simple d’apparence est en réalité un système complexe – fruit d’un réseau très entremêlé d’idées préconçues, d’influences et d’interactions – sans solution simple.


À LIRE AUSSI :

À LIRE AUSSI :

Dans l'actualité