Selon une récente étude de Gartner, la sécurité des données deviendra la principale motivation des agences gouvernementales qui opteront pour le cloud. Le cabinet prédit que, d’ici 2 ans, le niveau de sécurité sera tel qu’il détrônera même les économies de coût et l’agilité, deux arguments qui font déjà pencher la balance vers une délocalisation des données dans le cloud public.

Gartner souligne, par ailleurs, que beaucoup de fournisseurs du secteur, tels qu’AWS, Microsoft et Google, réalisent d’importants investissements pour renforcer la sécurité de leurs produits et gagner la confiance de leurs clients. Des investissements que la plupart des institutions publiques ne pourraient se permettre…

Un secteur public bientôt secondé par l’IA

Le nationalisme et la question de la souveraineté des données demeurent des obstacles à cette transformation. Mais après une analyse avancée des risques, des capacités offertes par les fournisseurs et des technologies mises en œuvre pour garantir la sécurité des données, le cloud devrait être de plus en plus présent dans le secteur public.

Gartner prévoit qu’en 2018, plus de la moitié des services de support de 1er niveau proposés par les centres de contact gouvernementaux seront fournis par des assistants virtuels. En outre, plus de 25 % des agences gouvernementales devraient prôner le « BYO (Bring Your Own) algorithm », dans le but de stimuler l’innovation chez les salariés.