Le consortium français Dafvi (Démonstrateurs d’antivirus français et internationaux) présentera au Sénat le 17 octobre la version Android de son logiciel antivirus souverain. Initié il y a deux ans, ce projet vise à offrir aux entreprises françaises une alternative aux éditeurs étrangers pour sécuriser leurs données. Les antivirus sont des produits qui prennent entièrement le contrôle des systèmes qu’ils sont censés protégés. Un risque qu’il vaudrait mieux, peut-être, ne pas prendre après l’affaire Prism.