Destinée aux entreprises, l’offre a l’avantage de crypter les données, mais ne sait pas encore tout sauvegarder.

Mozy, la filiale d’EMC qui propose de la sauvegarde en cloud, s’adresse enfin aux grandes entreprises.  Certifiée ISO 27001 (norme de sécurité), sa solution duplique les contenus des postes et des serveurs de l’entreprise vers des centres de données situés en Europe. Problème : à l’instar de Google, Amazon ou Microsoft, qui proposent aussi des offres cloud, Mozy est une entreprise américaine. C’est-à-dire qu’au titre de la loi fédérale Patriot Act contre le terrorisme, le gouvernement étatsunien se réserve le droit de feuilleter tous les documents hébergés par tous ses compatriotes, où qu’ils se trouvent et quand bien même il s’agirait de secrets industriels européens.

Claire Galboix-Alcaix, directrice EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) de Mozy, précise qu’il existe une parade : « Une entreprise européenne a la possibilité de chiffrer toutes les sauvegardes en ligne, avec une clé qui lui appartient et que le gouvernement américain ne peut pas lui réclamer », indique-t-elle. Le fait de chiffrer les documents à la volée est une fonction proposée par Mozy, que l’on ne trouve pas sur les offres publiques.

Par ailleurs, pour contourner d’éventuelles prérogatives contractuelles qui empêcheraient une entreprise européenne de confier, quoi qu’il arrive, ses données à une entreprise américaine, Mozy EMEA n’appartient plus à la maison mère EMC. Mais à une certaine compagnie britannique, Decho International Ltd.

L’interface d’administration de Mozy Entreprise.