Une étude réalisée auprès d’une centaine de DSI européens montre combien l’informatique en nuage va redéfinir leur rôle.

Le DSI est mort. Vive le DSI ! Une étude du cabinet VansonBourne, réalisée à la demande du spécialiste des réseaux Brocade, montre combien le cloud computing va modifier en profondeur le rôle du directeur du système d’information.

Mais, avec le cloud, la shadow IT (informatique invisible), se développe. Plus d’un tiers des DSI déclarent que des services de cloud avaient été déployés par des entités au sein de leur entreprise sans implication du département informatique. Pour deux tiers d’entre eux, cette tendance va considérablement s’accentuer d’ici à 2020.

N’étant plus dans la boucle, la moitié des DSI redoutent de ne plus gérer efficacement le réseau de l’entreprise, faute de pouvoir prévoir les volumes de données et les besoins en bande passante. En outre, plus des deux tiers citent le risque que les contrats de niveau de service (SLAs) ne répondent pas aux exigences minimales.

Ce qui pourrait se traduire par un nombre significatif d’interruptions de service et une dégradation des temps de réponse des applications. Avec, à la clé, une baisse de la productivité, des infractions aux réglementations et des pertes de chiffre d’affaires. Le tout sur fond d’augmentation des coûts informatiques.

Un fonction bouleversée par les nouvelles façons de travailler

Face à ces nouveaux risques, le rôle du DSI va évoluer. D’ici à 2020, il aura pour principales missions le conseil technologique et la médiation entre les entités métiers et leurs fournisseurs de services mais aussi l’élaboration et l’application des règles. Il s’agira notamment de faire respecter les réglementations relatives à la sécurité et à la gestion des accès des terminaux face à l’adoption croissante du BYOD (Bring Your Own Device, ou apportez votre propre matériel) et de la mobilité.

Face à cette mode du BYOD, peu de DSI pensent que les salariés ne travailleront plus au bureau. Ils estiment, en revanche, qu’il en résultera une montée en puissance des postes de travail partagés.

Enfin, le DSI devra montra sa capacité à fournir des conseils et des recommandations face aux enjeux du big data. Plus de la moitié estiment que l’obtention d’informations stratégiques à partir de données stockées sur différents serveurs ou sites est déjà un problème important pour les entreprises qui se virtualisent.

En conclusion, si le directeur financier ne remplacera pas le DSI dans cette évolution du « provisionnement informatique », le rôle du directeur informatique (CIO) et de celui du directeur des opérations (COO) sont appelés à fusionner, compte tenu l’impact opérationnel de l’externalisation des services informatiques.

 

Dinosaure ou évangéliste ?

Face à cette évolution du métier de DSI, Brocade a réalisé une infographie présentant les différents « types » de DSI – gardien de l’ordre, médiateur, évangéliste, dinosaure ou consultant stratégique – et leurs cotes de survie respectives.

Infographie etude dsi brocade from Xavier Biseul