Une série de mesures a été annoncée au sortir de la première conférence sur le numérique, organisée à l’Élysée le mardi 27 octobre. La France et l’Allemagne y ont affirmé leur souhait d’accélérer la transition numérique dans chacun des deux pays et, plus globalement, au niveau européen. L’idée est de faire du continent une place forte en la matière.

La première piste concrète est le lancement de partenariats industriels innovants, mêlant à la fois entreprises, chercheurs et pouvoirs publics dans les domaines de l’automatisation, de l’économie de la donnée, des objets connectés, de la sécurité, de la logistique ou des transports, notamment.

Effort commun des banques publiques

Autre disposition qui concerne directement les entreprises, l’aide aux start-up innovantes. Pour faciliter leur développement, la Banque publique d’investissement francaise (Bpifrance) et son homologue allemand, la KfW, vont travailler de concert, en particulier pour les emprunts élevés, s’associant également à la Caisse des dépôts italienne, entre autres.

La France et l’Allemagne entendent aussi harmoniser les régulations à l’échelle européenne et avancer sur la protection des données personnelles et de l’open data. Le cloud, enfin, est une autre priorité, l’Europe souhaitant se doter de capacités techniques puissantes en matière de stockage et d’analyse de données.