Kasperky Lab a livré les conclusions de son étude sur l’évolution des attaques DDoS. Il en résulte qu’au cours du 3e trimestre 2015, près de 92 % des attaques n’ont concerné que 10 pays. La Chine, les États-Unis et la Corée du Sud ont été le plus pris pour cibles. D’autre part, c’est un serveur situé aux Pays-Bas qui a subi le plus grand nombre d’attaques (22 au total). Enfin, les banques sont les premières visées.

Il apparaît, en outre, que les attaques simples sont devenues moins coûteuses à exécuter. Même si 90 % des DDoS lancés ne durent pas plus d’une journée, l’étude révèle que les longues attaques (plus de 150 heures) sont plus fréquentes. Une « accalmie » a toutefois été observée au mois d’août.