D’après une étude sponsorisée par SAP et menée par l’institut EIU (Economist Intelligence Unit), le M2M (machine to machine) va transformer de façon radicale, dans les dix ans qui viennent, la manière dont seront fournis les services vitaux, de la santé à l’énergie, en passant par l’automobile, les transports et la logistique. Mais le chemin reste pavé d’embûches, parmi lesquelles la complexité technique des solutions et les barrières réglementaires. Telles sont les principales conclusions tirées des interviews des 18 acteurs majeurs du marché. Celui-ci devrait peser, selon le cabinet Machina Research, 714 milliards d’euros en 2020, incluant les équipements et la connectivité, contre 91 milliards en 2010. Rien que pour la connectivité, selon ABI Research, les recettes annuelles des opérateurs de réseaux pour mobiles tirées du M2M devraient atteindre 26 milliards d’euros en 2016.