Les responsables informatiques croient aux capacités d’évolution et de modernisation des mainframes et se montrent plus optimistes qu’à l’accoutumée sur l’avenir à long terme de ces mastodontes historiques.

93% des responsables informatiques croient en un avenir à long terme du mainframe. Le chiffre ne vient pas d’IBM mais de la dernière enquête annuelle de BMC, un éditeur de solutions informatiques il est vrai très investi dans l’écosystème des grands systèmes IBM et consorts. Ce qui fait l’intérêt de cette étude ne sont pas tant les chiffres en soi que leur comparaison avec les années précédentes. Ces 93% constituent un record. Jamais depuis six ans, les DSI ne s’étaient montrés aussi confiants dans l’avenir de leurs mastodontes informatiques. Mieux encore, 59% des responsables voient dans leur mainframe une plateforme pour supporter la croissance de leur entreprise. Ils n’étaient que 51% l’an dernier à penser de même.

Vers un nouveau cycle

Ce regain de confiance dans le mainframe s’explique en partie par les différentes annonces d’IBM depuis le début de l’année. L’année 2019 a en effet été marquée à la fois par la mise en place du programme TFPP (Tailor Fit Pricing Program) et le lancement du nouveau « z15 ». Le programme TFPP offre aux clients mainframes une facturation à la consommation de ressources alignée sur les pratiques du cloud et une logique de dépenses OPEX (plutôt que d’investissement en capital CAPEX). Par voie de conséquences, l’arrivée du Z15 annonce le démarrage d’un nouveau cycle de vie du mainframe assurant au géant américain au moins 9 trimestres supplémentaires d’activité pour sa division ancestrale. De quoi rassurer les DSI et leur redonner confiance dans leur mainframe.

Un mainframe modernisé…

Cette confiance des DSI est aussi portée par les capacités des derniers mainframes – et notamment du Z15 – à s’inscrire dans les nouvelles méthodes de travail et de développement. L’arrivée de technologies comme Kubernetes (au travers du support d’OpenShift et de Red Hat Enterprise Linux), le support des containers, l’intégration du mainframe dans les chaînes d’outils DevOps, modernisent l’image et le rôle des mainframes dans le SI. Le rapport « Arcati Mainframe Yearbook 2019 » (la version 2020 est attendue en novembre prochain) révélait d’ailleurs que les applications mainframe participaient entièrement (27%) ou partiellement (41%) aux services Web des entreprises.

… mais un mainframe fragilisé

Bien évidemment cette ouverture sur le monde du développement moderne n’est pas sans conséquence. 77% des responsables interrogés (94% pour les responsables français) affirment avoir constaté des failles de sécurité. Plus inquiétant, très peu de participants ont indiqué avoir une approche solide et cohérence de la sécurité et de la conformité sur mainframe. La plupart des responsables (95% pour la France) se contentent d’audits tous les deux ans.

Enfin, l’étude révèle que 70% des grands sites mainframe ont connu au moins une interruption de services non programmée au cours des 12 derniers mois. 50% des responsables ont signalé une volatilité des pics de charges liées à la montée en puissance des applications digitales.

Le rapport BMC tend chaque année à tracer un visage optimiste de l’univers mainframe et l’édition 2019 ne déroge évidemment pas à la règle. Mais cette dernière semble montrer un regain d’optimisme chez les DSI équipés en mainframe. Il faudra toutefois surveiller avec attention le prochain rapport « Arcati Mainframe Yearbook 2020 », attendu en novembre, pour obtenir une vision plus objective de l’usage des mainframes et confirmer ou non ce regain d’optimisme à leur égard…

Sources :
BMC : The Next Wave of Mainframe Success: Insights from the 2019 Survey
Arcati Mainframe Yearbook