Le ministre de l’Intérieur lance un forum qui devra aider les pays à intégrer les changements technologiques dans leur stratégie de sécurité.

Cybercriminalité, détournements d’identité, piratages informatiques… Les menaces actuelles sont de plus en plus ciblées et sophistiquées. Un forum mondial intitulé Technology against Crime (Tac, Technologie contre le crime) se tiendra les 8 et 9 juillet 2013 à Lyon, sous l’égide d’Interpol, avec l’ambition de devenir le « Davos de la sécurité » face aux nouvelles technologies a annoncé Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, le 26 juin 2013.

400 participants venus de nombreux pays débattront de ces enjeux. Ils ont été invités par Manuel Valls à « assurer le mariage entre la sécurité, les nouvelles technologies et la préservation des libertés ». « Les défis sont mondiaux », explique l’un des responsables du forum, André Viau, « on s’en convainc facilement si l’on considère les menaces qui pèsent sur le transport aérien ou maritime, sur Internet ou même sur les grands événements qui accueillent des participants venus du monde entier ».

Le Forum, qui se tiendra tous les deux ans, ouvrira ses travaux avec les principaux responsables d’Interpol ainsi que, notamment, l’ancien ministre de la Sécurité intérieure des Etats-Unis, Michael Chertoff, ou la commissaire européenne chargée des Affaires intérieures Cécilia Malmström.

Tac ambitionne, a expliqué le ministre en présence d’ambassadeurs et de responsables policiers d’Interpol et de France, de « protéger le futur », de ne « pas subir les changements technologiques » mais les « intégrer dans notre stratégie de sécurité ». Le ministre a cité les « nouveaux risques » que sont la cybercriminalité, les piratages informatiques, les pillages de données ou les détournements d’identité grâce à Internet et au numérique contre lesquels, a-t-il dit, il faut « de nouvelles solutions ».