Le marché du cloud est en pleine forme avec un revenu estimé à 180 milliards de dollars. Sur le cloud public, un cabinet d’analystes constate une baisse sensible des parts de marché d’AWS profitant à Microsoft.

Synergy Research a livré son rapport sur le marché du cloud sur l’année 2017 (allant du dernier trimestre 2016 et au 3ème trimestre 2017). Pendant cette période, ce marché a généré 180 milliards de dollars, affichant une croissance de 24% sur un an. Dans le détail, le marché des services cloud atteint 100 milliards de dollars et 80 milliards pour celui des infrastructures et hardware. La tendance de la bascule vers les services, observée déjà en 2016, se confirme en 2017.

Cela signifie que les entreprises adoptent de plus en plus les services cloud. Selon une étude de LogicMonitor, 83% des workloads vont basculer dans le cloud. 41% sur le cloud public, 20% sur du cloud privé et 22% sur du cloud hybride. Le on-premise va souffrir pour passer de 37 à 27%.

Dans l’étude de Synergy Research, les activités IaaS et PaaS progressent de 47 % en 2017. Sans surprise, les leaders du secteur restent AWS (Amazon Web Services) et Microsoft avec Azure. Dans le domaine du cloud privé, IBM et Rackspace tiennent la tête. On retrouve Microsoft et Salesforce survolant le marché du SaaS. Enfin, l’uCaaS (communication unifiée à la demande) voit la domination de RingCentral et Mitel.

AWS en perte de vitesse, Azure dopé

L’aura d’AWS commencerait-il à décliner ? Une note des analystes du cabinet KeyBanc va dans ce sens. Ils estiment que la part de marché d’Amazon Web Services va être de 62% au quatrième trimestre 2017 contre 68% un an plus tôt. Ce décrochage bénéficie à Microsoft Azure qui devrait gagner 4 points de croissance en passant de 16 à 20% de part de marché. Google n’est pas en reste en glanant 2 points de croissance pour atteindre 12% de part de marché.

Les mêmes analystes considèrent qu’Azure va contribuer à hauteur de 3,7 milliards de dollars au chiffre d’affaires 2017 de Microsoft estimés à 96,6 milliards de dollars. La firme de Redmond pourrait donc s’enorgueillir de voir les revenus d’Azure doubler sur un an. En comparaison, les revenus d’AWS ont progressé de 42% au dernier trimestre.

Des offres plus complètes et une guerre tarifaire continue

Pour les analystes de KeyBanc, ce dynamisme d’Azure s’explique par des services plus fournis que ses concurrents. Ils prennent l’exemple des propositions sur l’intelligence artificielle en soulignant que l’offre de Microsoft possède plus de modèles pré-établis. Google l’a bien compris et a sorti récemment l’arme de la baisse tarifaire pour ne pas être débordé.

La guerre des prix reste une variable pour augmenter ou garder ses parts de marché. A la fin décembre, Azure a mené une offensive tarifaire sur le Big Data avec une réduction de 52% sur les instances HDInsight. L’année 2018 sera encore rythmée par des annonces de baisse de prix. Il faudra être attentif pour savoir quels services seront privilégiés par les fournisseurs de Cloud.