Après ses deux principaux concurrents, Microsoft annonce baisser les prix de sa plateforme cloud Azure.

C’est Google qui avait tiré le premier avant qu’Amazon ne dégaine, donc rapidement imité par Microsoft. « Imité », parce que la firme de Redmond ne s’en cache pas : ses offres seront précisément alignées sur celles de l’Amazon Web Services, en tout cas pour les workloads de base.

Microsoft baisse ainsi les prix de ses instances de 35 %, et jusqu’à 65 % pour ses offres de stockage. Sur ces dernières, il s’aligne également sur Google, précurseur en la matière.

Toujours dans l’optique de ne pas se laisser distancer par ses concurrents, Microsoft a mis au point des offres d’instances de calcul basiques qui vaudront 27 % de moins que ce que coûtent aujourd’hui ses solutions d’entrée de gamme. Elles seront disponibles dès le 3 avril.