Microsoft passe à la vitesse supérieure. Le géant américain vient en effet de dévoiler sa nouvelle stratégie cloud en donnant enfin vie au développement tant attendu, qui portait jusque-là le nom de code San Diego. Ainsi, la firme va proposer à ses clients une nouvelle offre, Cloud Platform System (CPS), version packagée d’Azure.

Disponible à compter de novembre selon Scott Guthrie, président exécutif de l’activité Cloud et entreprise de Microsoft, CPS va regrouper un serveur signé – pour le moment – Dell et des éléments logiciels de cloud privé inspirés notamment de la version gratuite Windows Azure Pack.

CPS inscrit une nouvelle page dans le cloud pour Microsoft

Cloud Platform System réunit Windows Server 2012 R2, System Center 2012 R2 et Windows Azure Pack. Le tout imbriqué dans des serveurs rack PowerEdge de Dell 42U, équipés de 512 cœurs, 8 To de RAM et 262 To de stockage.

Les perspectives de ce produit se rattachent, dans leur conception et leur mode de fonctionnement, aux principes du cadre délimité par l’ITSM (Information Technology Service Management – gestion des services informatiques), notamment parce que Microsoft différencie désormais les ressources, les processus et les utilisateurs du reste de l’écosystème vendeur/partenaires/clients.

Une répartition des tâches jusque-là bien menée

Comme le préconise la gestion des services informatiques, les ressources du système d’information – en l’occurrence celui que pilote CPS – sont considérées comme des services, définis comme des instances.

Le développement de la technologie demeure ouvert pour les clients, qui ne prennent en charge que les préoccupations d’ordre opérationnel, en tant que propriétaires des services. Microsoft, quant à lui, occupe un rôle de gestionnaire.