Juno, la dixième version d’OpenStack, est désormais disponible. Si la précédente itération (nom de code : IceHouse) avait fait un pas en avant sur la stabilité, celle-ci va plus loin, avec pas moins de 3 200 correctifs et 310 nouvelles fonctionnalités.

Une avancée pour le logiciel d’infrastructure cloud ouvert confortée par le soutien des membres de la fondation qui le sous-tend, toujours plus investis. Plus de 1 400 développeurs de 400 entreprises différentes (Cisco, HP, VMware…) ont travaillé sur la v10.

Parmi les nouveautés présentes sur la partie stockage figure Swift. Cette fonction permet d’appliquer des règles géographiques ou matérielles pour le stockage des données. Concernant la partie réseau, Neutron vient améliorer la prise en charge du protocole IPv6. Citons encore Distributed Virtual Routing, une fonctionnalité servant à attribuer à un routeur la possibilité de s’étendre sur plusieurs nœuds.

Provisionner automatiquement des clusters Hadoop

Côté calcul, Nova permet à un administrateur d’accéder à la console du serveur, même s’il est en panne. Keystone, un outil de gestion des identités, vient, lui, améliorer la gestion de la fédération entre plusieurs clouds, tandis que Sahara propose de faire tourner un cluster Hadoop dans un cloud OpenStack.

On se souvient que ce projet, qui a bénéficié ici des apports d’Hortonworks, avait été instigué par Mirantis. Ce dernier, spécialisé dans les technologies et services d’intégration, de formation et de support pour OpenStack, a d’ailleurs annoncé, lundi 20 octobre, une levée de fonds de 100 M$.