Après 4 jours de rumeurs, l’annonce d’un service Cloud Oracle est désormais officielle. L’éditeur, longtemps réticent au modèle, en devient l’un des acteurs majeurs.

C’est un peu à reculons qu’Oracle lance son offre Cloud Computing. Par le passé Larry Ellison a multiplié les déclarations contre le phénomène engendré par le Cloud (Beaucoup d’entres-elles sont gravées à jamais sur Youtube). C’est donc à un exercice de communication difficile qu’à du se livrer le PDG d’Oracle lors de sa keynote de clôture pour expliquer pourquoi l’éditeur lance Oracle Public Cloud. « Quand vous avez besoin du Cloud, vous avez besoin du Cloud » a-t-il ironisé en préambule à son annonce. Et force est de constater que si Oracle prend un départ plutôt tardif dans cette course du Cloud public par rapport à Amazon, Salesforce, Google ou Microsoft, il le fait de façon résolue et plutôt convaincante. Oracle Public Cloud, c’est à la fois une offre Paas, avec l’hébergement d’application JEE, un Daas (pour Database as a Service) avec l’hébergement de bases Oracle, c’est aussi une offre Saas avec des applications en ligne.

Les principaux composants de l’offre Oracle Public Cloud à son lancement.

Le modèle d’Oracle pour développer sa stratégie c’est véritablement Amazon, par opposition à l’offre multi-tenant prônée par Salesforce qui, une fois de plus, à fait l’objet de quolibets tout au long de la présentation de Larry Ellison. « Notre plate-forme et ses applications sont basées sur les standards du marché, » a martelé le fondateur d’Oracle, « Avec notamment BPEL, elle présente une interopérabilité complète avec les autres applications et avec les autres services Cloud du marché ».

Pour les services de type Paas, Oracle fournit un service d’hébergement de base de donnée Oracle, un service d’exécution d’application Java, un service d’accès au données et enfin un service sécurité. La « Killer App » pour la base installée Oracle sera sans doute l’hébergement de base de données : « Vous prenez votre base de données Oracle et vous la déplacer dans le Cloud, sans y apporter de modification. Vous pouvez la rapatrier chez vous à tout moment, vous pouvez la basculer sur Amazon si vous le voulez, rien ne change. C’est un service portable, c’est basé sur des standards ». Salesforce a été vertement attaqué lorsqu’est venu le moment d’évolquer le service d’hébergement d’application Java. Oracle supporte JEE dans le cloud, ce qui n’est pas le cas d’Heroku, le service Java offert par Salesforce : « Essayez d’installer vos application JEE sur Heroku, ça ne marche pas ! Essayer de faire fonctionner des applications Java Heroku chez vous, vous ne pourrez pas. Attention au faux Cloud ! ». Les autres services ont été évoqués plus rapidement. Le service « Data » d’Oracle reprend le principe de Data.com de Salesforce : un service de fourniture de donnée s clients, données clients provenant de Dun&Bradsheet (les deux rivaux ont le même partenaire, ou des réseaux sociaux.

Oracle Cloud Public est en ligne, carte banciare acceptée !