Un accès natif à Amazon Web Services à partir de sa plateforme de conteneurisation, c’est ce qu’a annoncé l’éditeur au chapeau rouge lors de son dernier Summit. En d’autres termes, les clients pourront bientôt créer et déployer leurs applications conteneurisées, puis configurer les services AWS (Elastic Load Balancing, CloudFront, Aurora, etc.) via une seule et même interface.

Dans ce contexte, OpenShift s’enrichit d’un nouvel IDE hébergé qui doit notamment permettre de créer aisément les fondations nécessaires à l’intégration de microservices dans les applications conteneurisées. Il doit aussi assurer une intégration plus fine des fonctionnalités d’AWS. Les clients pourront ainsi développer des applications hybrides basées sur les technologies Red Hat, tout en utilisant les services AWS et ce, qu’elles soient déployées sur AWS ou sur leurs propres sites. Les deux entreprises proposeront un support dès le lancement de l’offre.