On ne rigole pas avec les attaques informatiques en Russie. Celle qui a été menée contre le système de réservation en ligne de la compagnie aérienne Aeroflot vaut deux ans et demi de camp à ses auteurs.

Allez tout droit en Prison. Ne franchissez pas la case départ. Ne touchez pas 200 euros », dit une des cartes du Monopoly. Les pirates informatiques de tous les pays feraient mieux de se souvenir de cette petite phrase car leur activité leur vaut souvent de se retrouver derrières les barreaux. Un entrepreneur russe a été condamné ce 31 juillet 2013 à une peine de deux ans et demi de camp pour une attaque informatique contre la compagnie aérienne Aeroflot, qui avait bloqué son système de réservations en ligne, ont rapporté deux agences russes.

Pavel Vroublevskiï, fondateur de la société de paiement en ligne Chronopay, était accusé d’avoir employé deux informaticiens pour perturber les réservations en ligne du groupe aérien, gérées par son concurrent Assist. L’attaque, menée du 15 au 24 juin 2010, avait entraîné un préjudice estimé à 146 millions de roubles (3,3 millions d’euros) pour Aeroflot et 15 millions de roubles (340 000 euros) pour Assist.

Les deux exécutants, les frères Igor et Dmitri Artimovitch, ont été condamnés également à une peine de deux ans et demi de détention.

C’est plus que ce dont a écopé un ancien de LulzSec qui avait piraté le site de Sony Pictures et en avait extrait un million de données utilisateurs. Ce vol avait entraîné une perte estimée à 600 000 dollars pour le groupe américain. Cela dit, les trois Russes peuvent s’estimer heureux, car aux Etats-Unis, en décembre dernier, un homme a été condamné à dix ans de prison pour avoir hacké les messageries électroniques d’une cinquantaine de personnalités.