D’après Canopy, filiale d’Atos cofinancée par EMC et VMware, les entreprises n’adoptant pas d’infrastructures cloud adaptées au sein de leurs systèmes d’information passeraient à côté d’opportunités commerciales de premier ordre. Le manque à gagner est évalué par Canopy à près de 123 M€ : si l’entreprise fait l’impasse sur sa transformation digitale à travers le cloud, elle s’impose alors, sans le vouloir, une perte de compétitivité importante.

Réalisée au Royaume-Uni, aux États-Unis, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas auprès de 950 directeurs informatiques, l’étude dresse ce même constat dans chaque pays. En contournant le cloud, défini comme élément-clé de la transformation numérique, le manque à gagner est conséquent.

De multiples obstacles

Les freins à la mise en place d’infrastructures cloud sont au nombre de trois : en premier lieu la sécurité (pour 50 % des sondés), puis les problèmes liés à la protection des données (44 %) et enfin les craintes de la dépendance exclusive à un fournisseur (23 %).

D’après l’étude, les conséquences directes liées à l’absence de stratégie cloud seraient une baisse de la productivité du personnel (38 %) et une augmentation du délai de commercialisation (34 %).

La capacité à proposer de nouvelles façons de rendre service à la clientèle serait également réduite (33 %). Les départements informatiques sont eux-mêmes mis en cause par les participants à l’étude. Pour 44 % d’entre eux, les ventes perdues par l’entreprise sont dues à un développement trop tardif des applications servant à la transition vers le cloud. Et 41 % ajoutent qu’ils ne sont pas en mesure de gagner des clients rapidement en raison de la faible réactivité des outils informatiques internes que l’on recense dans l’entreprise.