La start up de ce jeune Français s’est imposée aux Etats-Unis en seulement deux ans. Et son application Appgratis a déjà séduit 10 millions d’utilisateurs dans le monde.

“ Je sais faire un peu tout, mais pas très bien. ” En jean et baskets, le patron d’Appgratis se montre d’une simplicité désarmante. A l’image du service de découverte d’applications mobiles qu’il a imaginé fin 2008 dans la Silicon Valley, et qui est devenu une entreprise de 40 collaborateurs présente dans le monde entier. Son principe ? Proposer chaque jour aux possesseurs de smartphone de télécharger gratuitement une application payante de l’App Store. Un carton. D’ici à fin 2013, la société prévoit d’atteindre un chiffre d’affaires global de 22 à 25 millions d’euros et de doubler ses effectifs.

En décembre dernier, le jeune patron a réussi un joli tour de force en mobilisant toute son équipe : lancer Appgratis aux Etats-Unis. Pendant trois semaines, elle est restée dans le top 5 des applications les plus téléchargées. Elle a, depuis, gagné 2,5 millions d’utilisateurs américains réguliers et en conquiert encore 100 000 par jour ! Une grande fierté pour Simon Dawlat, qui a ouvert en mars un bureau à San Francisco.

“ Le marché américain est le plus concurrentiel au monde. Pour une petite start up française, ce n’était pas gagné d’avance ”, reconnaît-il. Ses recettes ? “ De l’humilité, d’abord. Ensuite, s’entourer de gens qui connaissent les règles et les pratiques du business local. Certains Américains de notre équipe se sont rendus plusieurs fois sur place pour étudier le marché et repérer les bons partenaires potentiels. ”

Nouveau cap. En janvier dernier, Appgratis a levé 10 millions d’euros auprès d’Iris Capital et du fonds Orange-Publicis. Aujourd’hui, il est donc en mesure de poursuivre son internationalisation et de se démarquer de la concurrence. “ Le marché des applications mobiles est très fragmenté. Il existe des app stores dans tous les pays, explique Simon Dawlat. Notre force est de pouvoir dire à une marque comme Nike, par exemple, que nous nous occupons de la diffusion de son application dans le monde entier. ”

S’il en est arrivé là, c’est que Simon Dawlat ? qui a fondé sa première société à 18 ans ? a su s’entourer. “ J’ai commencé tout seul. Mon directeur technique fut mon premier employé. Au bout d’un an, il est devenu mon associé. Ensuite, au fil du temps, j’ai recruté des gens passionnés. ”

Au quotidien, il donne les pleins pouvoirs à ses managers, tous plus âgés que lui. “ Si l’on compte le nombre d’années d’expérience dans l’univers du Web, c’est moi qui suis un peu plus âgé qu’eux ! ”, plaisante-t-il. Diriger une équipe de collaborateurs provenant de tous les coins de la planète (13 nationalités) le passionne. “ Dans les bureaux, il y a des histoires de vie différentes, des particularités locales surprenantes… Tous les jours, c’est un grand voyage ”, se réjouit celui qui, à l’âge de 6 ans, a fait le tour du monde en voilier avec ses parents et sa sœur. Trois années de navigation en haute mer entre les Caraïbes et l’Amérique latine. De quoi lui insuffler, très tôt, le goût des défis.

Bio

2002 : Cofonde CSFrance.net, la première communauté de joueurs de Counter Strike en ligne.
De 2007 à 2009 : Travaille pour CreativeFeed puis Sonim Technologies et crée une société qui développe des jeux pour mobile.
2011 : Appgratis.