Nommé au Comex de son entreprise, passionné par le potentiel de l’IA et de la Data, Frédéric Brochard a toujours été fasciné par le petit écran, l’envers de son décor et les technologies qui l’anime…

Portrait de Frédéric Brochard, CTIO de France Télévisions

« Je fais partie de la génération qui a grandi avec une télévision devenue omniprésente dans tous les foyers », souligne Frédéric Brochard. Et la TV, c’est bien sûr l’image à regarder… mais aussi la technique pour la fabriquer et la transmettre.

Issu d’une famille d’ingénieurs, Frédéric Brochard a préféré travailler en coulisses, sur les choix technologiques qui permettent de fabriquer les journaux télévisés, sur les solutions de retransmission en direct, sur le passage au tout numérique, etc. « Ce n’est pas un choix de l’ombre, assure-t-il, mais plutôt la concrétisation d’un vrai coup de cœur pour l’aventure technologique autour du signal, que m’a transmis un professeur à Télécom Paris, où j’ai effectué ma spécialisation après l’X ».

Après un début de carrière qui le voit enchaîner les missions chez des spécialistes de l’internet et de l’audiovisuel, sa carrière prend une nouvelle dimension chez France 2, puis France 24 et RFI.
Il prend progressivement des responsabilités, notamment de CTO, un poste essentiel dans un secteur si dépendant de la technologie, en même temps qu’il en attend beaucoup !

Passé ensuite dans le groupe Canal Plus, il continue sur sa lancée technique, avant de prendre un virage conséquent, en acceptant le poste de CEO de la filiale néo-calédonienne. « L’expérience a été intéressante, très tournée vers les activités commerciales et marketing », souligne notre homme.

Cependant, il ne « fabrique » pas les programmes qu’il vend et ce constat l’amènera à retourner à ses premières amours, en rejoignant le groupe France Télévisions au printemps 2018 comme CTIO. Une responsabilité qui inclut aussi bien une dimension technique, essentielle à ses yeux, qu’un rôle plus stratégique, sans pour autant les hiérarchiser.

À la tête désormais d’une DTSI de près de 300 personnes, il a d’ailleurs eu la satisfaction de voir son rôle affirmé par une nomination au Comex de la société. « C’est une reconnaissance de l’importance de l’IT dans le développement du groupe, à la fois pour homogénéiser et développer ses pratiques, mais aussi pour aller de l’avant grâce aux apports du numérique », se félicite Frédéric Brochard.

La crise sanitaire lui a donné l’occasion de démontrer son rôle essentiel dans la continuité de fonctionnement des chaînes, qui ont encore moins le « droit » de cesser d’émettre ces temps-ci ! Mais son regard se porte aussi – surtout ? – vers l’avenir, par exemple vers l’intelligence artificielle, dont les applications multiples ne tarderont pas à déferler sur nos écrans… et en coulisses des plateaux TV !

 

CE QUE J’APPRÉCIE CHEZ FRANCE TÉLÉVISIONS > J’y côtoie une grande diversité de métiers et des professionnels qui apprécient l’excellence technologique. C’est vrai dans d’autres secteurs d’activité, mais à la télévision, il y a aussi cette satisfaction de voir le résultat de nos projets aboutir sous nos yeux.

CE DONT JE SUIS FIER > L’année écoulée a mis en lumière notre exigence d’un fonctionnement sans arrêts, même pour une heure. Nous avons pu mettre en place une première mondiale, la première plateforme de montage vidéo totalement positionnée dans le cloud, en nous appuyant sur l’éditeur français Dalet.

MON CHEVAL DE BATAILLE > Nous avons créé le département DaIA, pour Data et IA, qui aborde des sujets innovants, comme l’adaptation semi-automatique de sous-titrages, la sélection des meilleures coupures (image et son) pour insérer des écrans publicitaires dans les programmes, ou la recherche automatique de documents dans nos archives, avec la reconnaissance texte, images et voix.

CE QUI ME PASSIONNE > L’évolution de France Télévisions, issue du rapprochement de sociétés avec des histoires technologiques différentes, est ambitieuse. Le choix d’accueillir le représentant de la DTSI au Comex traduit la volonté d’aller vers un fonctionnement homogène et le rôle majeur de l’IT dans cette synergie.

PARCOURS DE FRÉDÉRIC BROCHARD

Depuis 2018 : CTIO (Directeur des Technologies et des SI) de France Télévisions
  2010-2018 : Groupe Canal Plus, Content CTO (France)
              puis responsable filiale (CEO) Nouvelle Calédonie
  2006-2010 : CTO/CIO de France 24 d’abord, puis de RFI
  2002-2006 : responsable ingénierie et maintenance France 2
  1996-2001 : ingénieur de développement, consultant puis CTO chez TPS, PDMC, Digiturk et Stocklift.com

FORMATION

  Ingénieur polytechnicien (1995), 
  Master 2 Télécom Paris (1997)