Kubernetes s’est déjà imposé en production dans plus de la moitié des entreprises interrogées par VMware même si tous les workloads en container ne lui sont pas encore confiés. En recherche de simplicité, les entreprises vont de plus en plus se tourner vers des solutions qui masquent la complexité intrinsèque de l’orchestrateur jusqu’à le rendre totalement invisible…

Ce n’est un secret pour personne, Kubernetes est devenue la nouvelle star des solutions d’infrastructures. Sa capacité à orchestrer les conteneurs aussi bien on-premises que dans le cloud séduit les entreprises.
Le nouveau rapport « The State of Kubernetes 2020 » publié par VMware confirme cette adoption rapide d’une technologie pourtant encore très récente. Nos confrères d’InformatiqueNews ont épluché les données et relatent que 59% des responsables IT interrogés ont déjà déployé Kubernetes en production. Toutefois 60% de ces IT qui ont déployé Kubernetes continuent d’exécuter au moins la moitié de leurs conteneurs sur des infrastructures qui ne sont pas des clusters Kubernetes, qu’ils s’agissent d’exécution directe sous Docker ou d’exécution dans le cloud via des services de « Containers as a Service » comme Azure Container Service (ACS) ou AWS Fargate.

Autre information intéressante, les entreprises ont pour l’instant principalement déployé leur clusters Kubernetes sur site plutôt que dans les cloud publics : 64% des entreprises interrogées ont déployé Kubernetes « on premises ».
L’étude montre également que l’adoption et le choix d’une distribution Kubernetes résultent d’une décision collégiale impliquant autant les développeurs que les IT mais que cette décision ne se fait pas sans achoppements par manque d’alignement interne non seulement entre les différentes équipes de développement entre elles mais aussi entre les équipes Dev et IT.

Cependant face au manque d’expertise et d’expérience en interne, la simplicité d’utilisation est aujourd’hui le principal et premier critère de sélection d’une solution. Un élément qui selon nos confrères d’InformatiqueNews va faire les affaires de solutions comme VSphere 7/Tanzu (et donne du crédit à la nouvelle stratégie VMware focalisée sur Kubernetes) mais aussi Nutanix, Rancher, ou Google Anthos, des solutions qui cherchent justement à masquer totalement Kubernetes par des couches d’abstraction serverless et des automatisations avancées.

Pour plus d’informations : Kubernetes, omniprésent mais bientôt invisible…