Lors du VMWorld 2019, VMware a réinventé vSphere et annoncé plusieurs nouveaux produits et services dessinant un futur très orienté containers et multicloud.

VMware est l’une des briques fondamentales d’une majorité d’infrastructures informatiques. Plus que tout autre, l’éditeur a contribué à populariser la virtualisation au cœur des architectures, non seulement la virtualisation des serveurs (les VM avec ESX et VSphere) mais aussi celle du stockage (avec VSAN) et celle du réseau (avec NSX).
Mais son modèle est remis en cause par le déport des Workloads vers les clouds et par la généralisation des Containers portés par des pratiques DevOps devenues essentielles avec la mouvance vers le cloud et les services.

Après avoir pas mal tâtonné ces dernières années face à ces évolutions du monde informatique, VMWare a exposé à VMWorld 2019 une vision complète et aboutie de sa stratégie pour faire évoluer son portfolio de logiciels et services et par là même nos infrastructures vers ce nouveau monde.

Tanzu : Kubernetes et au-delà…

Il en aura fallu du temps, mais VMWare a enfin admis à quel point les conteneurs et leur plateforme d’orchestration de prédilection, Kubernetes, étaient aujourd’hui devenus essentiels à la transformation numérique des entreprises. Notamment dans une optique de cloud hybride que, de façon quelque peu contradictoire, VMWare prophétise depuis plusieurs années ! Un cloud hybride qui se compose désormais d’infrastructures on-premises, d’infrastructures cloud multiples mais aussi d’infrastructures Edge. Le « container » est l’unité commune à ces différents visages d’infrastructures, une vérité que Nutanix semble avoir assimilée avant VMware (au travers de Karbon et Xi IoT).
À VMworld 2019, VMWare a présenté une vision non seulement focalisée sur les containers mais bien plus encore centrée sur le développement logiciel dont les entreprises sont plus que jamais dépendantes. Car le container n’est au final que la résultante d’un processus de création logicielle.
Une vision que Pat Gelsinger, le CEO de VMware, a clairement résumée en expliquant que « VMWare Tanzu est un portfolio de produits et services qui transforment la façon dont les entreprises produisent des logiciels qui seront hébergés sur Kubernetes… Avec Tanzu, nous allons construire, gérer, et administrer les applications (sous Kubernetes) ».
Avec Tanzu, VMware veut que virtuellement toutes les applications produites par l’entreprise le soient sous forme de containers façon Kubernetes, qu’ils s’agissent de nouvelles applications cloud comme d’applications ancestrales. Au cœur de cet ensemble de services et produits trône Tanzu Mission Control, une interface centralisée pour gérer containers et VM où qu’ils soient déployés (on-premises, edge, clouds).

Project Pacific : Transformer les VM en Containers

Mais pour que la vision de Tanzu aboutisse, encore faut-il vraiment faire converger les approches VMs et Containers au sein de l’infrastructure VMware vSphere… Telle est la mission de Project Pacific. Avec lui, VMware est en passe de totalement réinventer vSphere pour que cette couche fondamentale de nos infrastructures s’accorde aux habitudes, pratiques et outils des développeurs accoutumés à Kubernetes tout en conservant, aux yeux des administrateurs, une ergonomie et une logique « vSphere/vCenter » à laquelle ces derniers sont habitués. Pour Pat Gelsinger, « Project Pacific est sans doute la réarchitecture de vSphere et vCenter la plus importante depuis dix ans ».
En simplifiant, Project Pacific réarchitecture vSphere pour le rendre « Kubernetes compatible » et convertit les VMs en containers sans réécriture des applications. Précédemment, VMWare avait exactement pris le chemin inverse : héberger des containers sous forme de VMs. Une piste alors jugée sans avenir par les adeptes des containers et de Kubernetes. Tanzu et Project Pacific démontrent qu’ils avaient raison.

VMware, désormais disponible en version hybride et multicloud

En attendant que cette vision aboutisse et s’impose, VMware veut aider les entreprises à transformer leurs infrastructures pour un monde hybride et multicloud de sorte qu’elles puissent exécuter et gérer les workloads au sein d’une infrastructure étendue mais cohérente.
Découlant logiquement des annonces de ces dernières années, VMware Hybrid Cloud Platform repose sur VMware Cloud Foundation, VMware Cloud Marketplace et un ensemble de services (dont vRealize et AppDefense) et étend l’infrastructure VMware « on premises » aux clouds d’AWS, Azure, GCP, IBM Cloud et plus de 60 autres partenaires cloud. C’est l’aboutissement de la démarche hybride initiée il y a quelque temps déjà avec VMware on AWS et Cloud Foundation.
Dans cette nouvelle galaxie de services, l’acquisition récente de CloudHealth a conduit au lancement de VMware CloudHealth Hybrid : le service permet de définir des politiques de gouvernance et de sécurité qui s’étendent du On-Premises à tous les clouds, et assurer une migration sans accroc des workloads d’un cloud à l’autre, et du On-Premises vers les clouds (et inversement). À l’instar de Nutanix Beam, CloudHealth Hybrid permet aussi d’évaluer les coûts d’exécution des Workloads à déployer en fonction des destinations envisagées.
Dans un même ordre d’idées, VMware vRealize Operations 8 s’enrichit d’intelligence artificielle et de Machine Learning pour permettre des remédiations automatiques d’incidents et s’approcher un peu plus d’un cloud hybride autopiloté puisque le nouveau vRealize Operation étend sa gestion à tous les environnements cloud sous VMware. Pour concrétiser cette approche hybride, vRealize Automation 8.0 s’ouvre lui aussi avec désormais une intégration à ServiceNow, Terraform et Github (et autres services GIT compatibles).

Des GPU pour l’IA

À VMWorld, NVidia et VMware ont annoncé un partenariat pour permettre de gérer de façon simple et flexible la virtualisation des GPU, à commencer par celle des Tesla T4 (Tensor Core GPU), V100 et P100 très utilisés en Deep Learning dans l’apprentissage des réseaux de neurones. Avec vComputeServer, les IT peuvent rationaliser la gestion de serveurs virtualisés boostés aux GPU Tesla et réduire leurs coûts opérationnels. vComputeServer fonctionne avec vSphere, vCenter et vMotion mais aussi avec VMWare Cloud (et donc VMWare Hybrid Cloud Platform) ce qui ouvre des perspectives intéressantes d’exploitation des capacités HPC de certains clouds publics.

Bref, ce VMWorld 2019 restera dans les annales et marque un tournant majeur dans la stratégie de VMware. Le géant s’est réveillé et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour ses concurrents, à commencer par Nutanix (qui devrait lui aussi avoir son flot d’annonces fortes lors du Nutanix .NEXT Europe en octobre). Il lui reste à mettre en musique sa nouvelle stratégie centrée sur la création logicielle et Kubernetes. Les DSI européens pourront d’ailleurs la découvrir lors du VMWorld Europe début novembre à Barcelone, un événement qui permettra à n’en pas douter de juger de l’avancement de Project Pacific et de Tanzu.