Selon un banc de tests mondial, le nuage de Microsoft dispose, en moyenne, des meilleurs temps de réponse. En Europe, les plus rapides sont CloudSigma et Amazon EC2.

Depuis plus d’un an, l’éditeur Compuware teste les performances des fournisseurs cloud, au travers de son offre CloudSleuth, qui s’appuie sur un réseau mondial d’une trentaine de points de mesure. Chaque internaute peut ainsi consulter, en ligne et de manière gratuite, les résultats sur les trente derniers jours. L’éditeur publie maintenant une compilation des données sur une année complète.

Résultat : en moyenne et de manière globale, Windows Azure est l’offre cloud la plus rapide, avec un temps de réponse de 6,07 secondes (pour le chargement d’un site d’e-commerce témoin constitué de deux pages web). Précisons qu’il s’agit ici de la performance du datacenter situé en territoire américain, Microsoft disposant d’une autre implantation en Asie-Pacifique. En deuxième position du classement, on retrouve Google App Engine, avec 6,44 secondes.

Le nuage n’est pas partout pareil

A première vue, 6,07 secondes peuvent paraître beaucoup, mais il s’agit là d’une moyenne annuelle établie pour une trentaine de points de mesure répartis sur la planète. Pour un datacenter américain, la performance mesurée depuis les Etats-Unis est, évidemment, bien meilleure que celle repérée depuis Sydney ou Beijing. Et la moyenne des deux sera forcément médiocre.

Le cloud vu depuis l’Europe