Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
La rédaction

La rédaction

Après des débuts remarqués en Asie, la start-up californienne vient conquérir l’Europe. Vantiq propose aux entreprises une solution pour exploiter au mieux les données générées par les objets connectés. Cette Platform-as-a-Service est conçue pour faciliter la création d’applications destinées à la collecte et à l’analyse en temps réel des données issues de milliers de capteurs. Elle repose sur un modèle de développement visuel low code qui permet aux professionnels d’ajouter plus rapidement des fonctions spécifiques.

Basée sur des micro-services et des architectures serverless, la solution supporte tous les réseaux de type Lora et SigFox. Elle peut être hébergée sur AWS, Azure, Alibaba, ou sur site. La facturation du service est fonction du volume de messages traités (trois formules sont proposées à ce jour, à partir de 99 000 €/an).

Le géant américain des télécoms prévoit le décollage du SDN à l’échelle mondiale grâce aux services amenés aux entreprises en termes de flexibilité, d’agilité et de sécurité. Celle-ci pourrait aussi franchir un cap important en 2018 en devenant une infrastructure de services managés de bout en bout, du développeur à l’application en passant par le réseau. Elle devrait s’appuyer encore plus sur le partage d’informations.

La troisième tendance selon Verizon n’est autre que la collaboration digitale au travail. L’impact réel de son adoption et de celle de ses outils ne se ressentira vraiment que l’année prochaine. Viennent ensuite le développement des objets connectés grâce à l’intelligence artificielle et la robotique, la modification de l’expérience numérique par la prise de conscience de l’importance de leurs datas par les utilisateurs, l’interopérabilité dans les questions de santé et de sécurité publiques et enfin la simplicité qui n’aurait jamais été aussi importante dans l’IT.

Bientôt des barrettes mémoire 3D XPoint

lundi, 20 novembre 2017 17:46

Intel prévoit de lancer dès le deuxième trimestre 2018 des barrettes DIMM basées sur sa technologie 3D XPoint. La firme de Santa Clara vient d’augmenter sa capacité de production pour répondre à la demande. Ces composants, dont les performances seraient équivalentes à la DDR4, sont conçus pour les serveurs et supercalculateurs. Les machines devront toutefois passer par une mise à jour de leur firmware pour en bénéficier.

Le fondeur prend ainsi le pas sur ses principaux concurrents, Diablo Technologies et Micron. Ce dernier, co-concepteur de la technologie 3D XPoint, propose une nouvelle génération de composants alliant DDR4 DRAM et NAND flash. Il est aussi probable qu’il lance rapidement ses propres barrettes de mémoire persistante. De son côté, Diablo Technologies s’en tient à la NAND flash, avec de nouveaux modules DDR4.

Les 27 employés de Xilopix, une société lorraine qui développe un moteur de recherche non intrusif nommé Xaphir, ont trouvé un repreneur. L’entreprise en dépôt de bilan a été reprise par Qwant, un autre éditeur français de moteurs de recherche respectueux de la vie privée et concurrent direct de Xaphir.

Estimée à environ 180.000 €, cette acquisition permettra aux employés de Xilopix de rester à Epinal. Les équipes des deux structures devraient collaborer en conservant leurs propres axes de recherche, selon la direction de Qwant. Des changements plus importants pourraient malgré tout s’opérer, notamment avec l’abandon de Xaphir, d'ores et déjà évoqué.

L’IoT, encore jugé trop risqué

vendredi, 17 novembre 2017 20:11

La sécurité des objets connectés est loin d’être optimale. C’est la conclusion d’une étude menée par Forrester Consulting pour ForeScout, auprès de plus de 600 responsables informatiques et autres métiers impliqués dans la sécurité réseau. Bien que près de la moitié des répondants jugent primordial d’identifier précisément chaque objet connecté au réseau de l’entreprise, plus de 80 % d’entre eux déclarent rencontrer des difficultés à mettre en pratique cette idée.

Plus de trois quarts des sondés soulignent également la nécessité d’instaurer une stratégie de sécurité spécifique. L’étude met en même temps en avant une certaine désinvolture en la matière : alors que la sécurité de l’IoT demeure source d’inquiétude pour 54 % des personnes interrogées, 60 % accepteraient d’utiliser des objets connectés dans un environnement qui n’est pas optimisé. Le manque de budget serait l’obstacle principal à l’amélioration des solutions traditionnelles.

Microsoft dote Azure de nouveaux outils

vendredi, 17 novembre 2017 20:02

La firme de Redmond équipe sa plateforme cloud de nouvelles solutions d’analyse open source. Celles-ci reposent sur Spark, Cassandra et MariaDB. Les clients d’Azure peuvent ainsi exploiter de nouveaux outils de traitement et d’analyse de données, proposés en versions bêta pour le moment. C’est le cas d’une solution d’analyse rapide et collaborative nommée Azure Databricks, basée sur le framework Apache Spark.

Quelques mois après avoir lancé le service Azure Database pour MySQL et PostgreSQL, Microsoft (désormais membre Platine de la fondation MariaDB) poursuit ses efforts en ajoutant à Azure le support de la base de données éponyme. Les développeurs disposeront également d’une nouvelle API dédiée à l’exécution de la base NoSQL Cassandra. Une inscription est requise pour accéder aux préversions de ces nouveaux services.

Oracle veut organiser la migration de ses clients hexagonaux, même les plus réticents, vers le nuage. Pour y parvenir, l’entreprise lance le plan Oracle Go ! focalisé, selon la direction, sur le client et le cloud. Oracle souhaite avancer aussi bien sur le DBaaS (Database as a Software) que sur les segments de l’IaaS, du Paas et du SaaS.

Si le groupe est aujourd’hui en retrait sur les Infrastructures as a Software par rapport à Google, Microsoft ou AWS, il est bien décidé à rattraper son retard. En plus d’une politique de prix très agressive, Oracle met l’accent sur des offres innovantes comme celle nommée Cloud at customer ou Cloud machine et qui propose un cloud public opéré chez le client.

Une certification pour favoriser Kubernetes

jeudi, 16 novembre 2017 17:32

Le programme Certified Kubernetes Conformance, initié par la Cloud Computing Foundation, est lancé. Plus d’une trentaine d’entreprises du secteur IT ont rallié l’initiative afin de garantir l’interopérabilité des environnements applicatifs. Tous s’engagent à ne plus verrouiller leurs API Kubernetes, pour permettre le transfert de workloads d’une plateforme à une autre. Cette portabilité positionne Kubernetes en tant que base open source commune et unique, compatible avec n’importe quel environnement cloud (public, privé ou hybride).

Les produits certifiés proposés par les adhérents au programme garantissent une expérience stable aux utilisateurs. Parmi les acteurs concernés figurent Google (qui a conçu l’orchestrateur, mais aussi Alibaba), IBM, Microsoft, Oracle, Red Hat et SAP. Tous les regards se tournent à présent vers Amazon Web Services. Le géant du cloud va-t-il mettre en place un service Kubernetes ou va-t-il proposer un fork ?

Les DSI plébiscitent le cloud hybride

jeudi, 16 novembre 2017 17:13

Le futur sera cloud hybride et Software Defined Infrastructure (SDI) ou ne sera pas. Telles sont les conclusions d’une étude menée auprès de 1 400 responsables informatiques d’entreprises dans le monde par le cabinet Insight Avenue. D’après le document, les deux tendances sont largement plébiscitées par les entreprises interrogées. Dans le cas du SDx (Software Defined Everything) et du SDI, 91 % des répondants les considèrent comme le futur des datacenters.

Le cloud hybride est privilégié par 63 % des responsables informatiques, contre 37 % et 17 % pour les cloud privé et public. Ces deux derniers sont respectivement perçus comme destinés à la production et au développement. Les entreprises préfèrent donc disposer de la liberté de passer facilement de l’un à l’autre. Dans l’ensemble, les résultats de l'étude s’inscrivent dans un grand mouvement qui trouve ses sources aussi bien dans une volonté de réduction des coûts que de renforcement et de gestion simplifiée des datacenters.

MTI France s’ouvre à la sécurité des SI

mercredi, 15 novembre 2017 18:10
SIEM, forensique et authentification forte font partie des dernières compétences de l’intégrateur. MTI France s’est en effet doté de nouveaux talents et a conclu plusieurs partenariats pour développer son offre de services. Celle-ci s’étend désormais au marché de la sécurité. Les premiers prospects visés sont les grands comptes et les PME les plus importantes du portefeuille clients de la société. Avec l’appui officiel de Cisco Sécurité, Palo Alto Networks, Check Point et Guidance Software, MTI France ambitionne de doper ses revenus : grâce à son activité sécurité, le spécialiste des datacenters table sur une augmentation de 20 % d’ici 2019. Aujourd’hui, la filiale française affiche un chiffre d’affaires de plus de 20 M€. Outre sa nouvelle spécialisation, l’entreprise propose son expertise en matière de mise aux normes relative à la GDPR.
Page 1 sur 466

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE

AGENDA

21/11/2017 - 23/11/2017
Salon des maires et des collectivités locales (SMCL)
28/11/2017 - 30/11/2017
Trustech
05/12/2017 - 06/12/2017
Congrès annuel du Cesin
05/12/2017 - 07/12/2017
Paris Open Source Summit
12/12/2017 - 12/12/2017
Trophées du marketing de la DSI