Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
La rédaction

La rédaction

L’IoT, encore jugé trop risqué

vendredi, 17 novembre 2017 20:11

La sécurité des objets connectés est loin d’être optimale. C’est la conclusion d’une étude menée par Forrester Consulting pour ForeScout, auprès de plus de 600 responsables informatiques et autres métiers impliqués dans la sécurité réseau. Bien que près de la moitié des répondants jugent primordial d’identifier précisément chaque objet connecté au réseau de l’entreprise, plus de 80 % d’entre eux déclarent rencontrer des difficultés à mettre en pratique cette idée.

Plus de trois quarts des sondés soulignent également la nécessité d’instaurer une stratégie de sécurité spécifique. L’étude met en même temps en avant une certaine désinvolture en la matière : alors que la sécurité de l’IoT demeure source d’inquiétude pour 54 % des personnes interrogées, 60 % accepteraient d’utiliser des objets connectés dans un environnement qui n’est pas optimisé. Le manque de budget serait l’obstacle principal à l’amélioration des solutions traditionnelles.

Microsoft dote Azure de nouveaux outils

vendredi, 17 novembre 2017 20:02

La firme de Redmond équipe sa plateforme cloud de nouvelles solutions d’analyse open source. Celles-ci reposent sur Spark, Cassandra et MariaDB. Les clients d’Azure peuvent ainsi exploiter de nouveaux outils de traitement et d’analyse de données, proposés en versions bêta pour le moment. C’est le cas d’une solution d’analyse rapide et collaborative nommée Azure Databricks, basée sur le framework Apache Spark.

Quelques mois après avoir lancé le service Azure Database pour MySQL et PostgreSQL, Microsoft (désormais membre Platine de la fondation MariaDB) poursuit ses efforts en ajoutant à Azure le support de la base de données éponyme. Les développeurs disposeront également d’une nouvelle API dédiée à l’exécution de la base NoSQL Cassandra. Une inscription est requise pour accéder aux préversions de ces nouveaux services.

Une certification pour favoriser Kubernetes

jeudi, 16 novembre 2017 17:32

Le programme Certified Kubernetes Conformance, initié par la Cloud Computing Foundation, est lancé. Plus d’une trentaine d’entreprises du secteur IT ont rallié l’initiative afin de garantir l’interopérabilité des environnements applicatifs. Tous s’engagent à ne plus verrouiller leurs API Kubernetes, pour permettre le transfert de workloads d’une plateforme à une autre. Cette portabilité positionne Kubernetes en tant que base open source commune et unique, compatible avec n’importe quel environnement cloud (public, privé ou hybride).

Les produits certifiés proposés par les adhérents au programme garantissent une expérience stable aux utilisateurs. Parmi les acteurs concernés figurent Google (qui a conçu l’orchestrateur, mais aussi Alibaba), IBM, Microsoft, Oracle, Red Hat et SAP. Tous les regards se tournent à présent vers Amazon Web Services. Le géant du cloud va-t-il mettre en place un service Kubernetes ou va-t-il proposer un fork ?

Les DSI plébiscitent le cloud hybride

jeudi, 16 novembre 2017 17:13

Le futur sera cloud hybride et Software Defined Infrastructure (SDI) ou ne sera pas. Telles sont les conclusions d’une étude menée auprès de 1 400 responsables informatiques d’entreprises dans le monde par le cabinet Insight Avenue. D’après le document, les deux tendances sont largement plébiscitées par les entreprises interrogées. Dans le cas du SDx (Software Defined Everything) et du SDI, 91 % des répondants les considèrent comme le futur des datacenters.

Le cloud hybride est privilégié par 63 % des responsables informatiques, contre 37 % et 17 % pour les cloud privé et public. Ces deux derniers sont respectivement perçus comme destinés à la production et au développement. Les entreprises préfèrent donc disposer de la liberté de passer facilement de l’un à l’autre. Dans l’ensemble, les résultats de l'étude s’inscrivent dans un grand mouvement qui trouve ses sources aussi bien dans une volonté de réduction des coûts que de renforcement et de gestion simplifiée des datacenters.

MTI France s’ouvre à la sécurité des SI

mercredi, 15 novembre 2017 18:10
SIEM, forensique et authentification forte font partie des dernières compétences de l’intégrateur. MTI France s’est en effet doté de nouveaux talents et a conclu plusieurs partenariats pour développer son offre de services. Celle-ci s’étend désormais au marché de la sécurité. Les premiers prospects visés sont les grands comptes et les PME les plus importantes du portefeuille clients de la société. Avec l’appui officiel de Cisco Sécurité, Palo Alto Networks, Check Point et Guidance Software, MTI France ambitionne de doper ses revenus : grâce à son activité sécurité, le spécialiste des datacenters table sur une augmentation de 20 % d’ici 2019. Aujourd’hui, la filiale française affiche un chiffre d’affaires de plus de 20 M€. Outre sa nouvelle spécialisation, l’entreprise propose son expertise en matière de mise aux normes relative à la GDPR.

Selon l’étude menée par le cabinet Coleman Parkes auprès de 820 décideurs informatiques européens, 52 % des entreprises françaises basculeront dans le cloud au cours de l’année à venir, contre une moyenne de 45 % pour l’ensemble du panel. Cet attrait hexagonal s’accompagne de conditions : 96 % des entreprises se disent préoccupées par la localisation du stockage de l’application et de sa proximité avec l’utilisateur. Ce même chiffre n’atteint qu’une moyenne de 89 % sur l’ensemble des répondants.

Si les groupes français embrassent ainsi le cloud, c’est d’abord pour donner une dimension internationale à leur infrastructure informatique, dans 46 % des cas. Viennent ensuite la volonté d’améliorer la compétitivité grâce à l’innovation (44 %) et celle de faire coexister nouvelles et anciennes technologies (41 %). Malgré tout, les entreprises sont encore loin d’une migration intégrale vers le cloud, pour des raisons internes. Pour 52 % des décideurs informatiques interrogés, le manque de compétences reste le plus grand frein à un tel projet.

IBM avance dans l’informatique quantique

mardi, 14 novembre 2017 23:42

Cinquante qubits, c’est la puissance du nouveau processeur dédié à l’informatique quantique qui devrait équiper les prochains systèmes IBM Q. Le constructeur surpasse ainsi Google, avant même que le système 49 qubits annoncé par ce dernier ne soit lancé. Big Blue propose également un nouveau service de calcul reposant sur un système à 20 qubits, dont le temps de cohérence (soit le temps disponible pour effectuer des calculs quantiques) est estimé à 90 micro-secondes. Cela représente un record pour le secteur. IBM promet ici un taux d’erreurs de calcul relativement bas.

Ce service, qui devrait être commercialisé d’ici peu, sera intégré au premier système IBM Q disponible sur la plateforme cloud du constructeur. Aucune date n’a été communiquée quant à la disponibilité du processeur 50 qubits.

Restlet passe dans le giron de Talend

mardi, 14 novembre 2017 23:04

La société nantaise spécialiste de la conception et des tests d’API dans le nuage vient d’être rachetée par le leader de l’intégration big data et cloud, pour un montant qui n’a pas été rendu public.

Talend a enregistré une croissance de 40 % de son chiffre d'affaires ces derniers mois, complétée par une entrée en bourse réussie. Le groupe cherche désormais à se renforcer sur des points clés tels que la technologie de Restlet. Cette dernière, une fois couplée à Talend Data Fabric, permettra d’intégrer, gérer, partager et transformer les datas d’entreprises. Cette notion est considérée comme encore rare et donc importante par Talend. Restlet permet également la transformation et le partage des data lakes, par nature peu ou pas transformés, avec des applications externes.

Les cyberattaques se professionnalisent

mardi, 14 novembre 2017 22:24

Selon une étude du cabinet PwC, les groupes français subissent en moyenne 4 550 incidents de sécurité par an, soit 12 par jour, contre une moyenne de 3 458 par an au niveau mondial. Ces attaques leur coûtent quelque 2,25 M€, un montant en hausse de 50 % par rapport à l’année précédente. À titre de comparaison, il se limite à près de 1,7 M€ pour l’ensemble du globe.

La France a en même temps pris conscience du problème : les entreprises interrogées consacrent chaque année un budget moyen de 4,3 M€ à la protection de leurs systèmes d’information, à peine moins que les 4,4 M€ à l’échelle mondiale. D’autre part, 75 % des entreprises nationales interrogées déclarent avoir défini une stratégie de surveillance et de gestion des cyberattaques, alors qu’elles ne sont que 69 % sur l’ensemble du panel. Pour expliquer ce phénomène, PwC souligne la professionnalisation des attaques. Ces dernières ne cherchent désormais que le gain financier et non plus à nuire sans raison.

Qualcomm livre des puces ARM 10 nm

mardi, 14 novembre 2017 01:05

Qualcomm propose une première mondiale avec un nouveau processeur ARM pour serveurs, gravé en 10 nanomètres. La série Centriq 2400 repose sur une architecture ARMv8 64 bits. Grâce au partenariat signé avec Samsung, elle bénéficie d’une gravure ultra précise. La gamme regroupe 3 modèles, du Centriq 2434 (40 cœurs, 2,5 GHz, 888 $ HT) au Centriq 2460 (48 cœurs, 2,6 GHz, 1995 $ HT).

De par leurs capacités, les Centriq 2400 sont particulièrement adaptés à l’exécution des applications cloud. La gamme intéresse déjà de nombreux fournisseurs de cloud et de matériel. Selon Qualcomm, ce modèle haut de gamme offre un bien meilleur rapport performance/prix et s’avère moins énergivore que les produits Skylake de son concurrent.

Page 1 sur 466

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE

AGENDA

21/11/2017 - 23/11/2017
Salon des maires et des collectivités locales (SMCL)
28/11/2017 - 30/11/2017
Trustech
05/12/2017 - 06/12/2017
Congrès annuel du Cesin
05/12/2017 - 07/12/2017
Paris Open Source Summit
12/12/2017 - 12/12/2017
Trophées du marketing de la DSI