« La Grande Démission »… Ce phénomène amorcé aux USA depuis le début de l’année s’étend à l’international et touche particulièrement les employés du secteur de la Tech et de l’IT comme l’illustre une nouvelle étude CodinGame.

« The Great Resign »… La Grande Démission… Tel est le nom donné aux USA à un véritable phénomène de société, conséquence directe de la crise pandémique et des mois de confinement. Les vagues de démission se succèdent alors que les salariés ont pris goût au télétravail et que la crise pandémique les a souvent invité à revoir leurs priorités. Mais le phénomène n’est plus limité aux USA. Il a pris une ampleur mondiale comme le révèle la nouvelle enquête 2021 de CodinGame.

Selon celle-ci, 72% des salariés du secteur de la Tech et de l’IT à travers le monde envisageraient de quitter leur emploi dans les 12 prochains mois. Preuve que non seulement le phénomène est mondial mais qu’il est aussi parti pour durer encore au moins quelques mois.

Les entreprises vont devoir trouver des parades pour conserver leurs talents. De par son activité, l’étude de CodinGame est très orientée sur les métiers du développement informatique. Pour Frédéric Desmoulins, CEO de CodinGame, “il est devenu incontournable pour les employeurs de prendre sérieusement en considération les attentes de leurs salariés s’ils souhaitent espérer les retenir. Nous avons observé qu’il existe un décalage probant entre ce que veulent les développeurs et ce que leur offre leur entreprise”.

L’enquête montre que les trois principaux critères recherchés par les développeurs en quête d’un nouveau poste sont :

1) les challenges techniques,

2) la flexibilité et l’équilibre vie personnelle / vie professionnelle,

3) le salaire.

Évidemment, dans une telle enquête, les répondants vont forcément « officiellement » privilégier le « challenge technique » à « la flexibilité ». Mais dans les faits, l’étude montre que 67% des développeurs déclarent préférer travailler à distance.

Or l’enquête montre parallèlement que nombre d’employeurs estiment toujours qu’au final le salaire est plus important que la flexibilité. Seuls 6,9% des employeurs interrogés pensent que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est un facteur décisif dans la sélection d’un poste.

Il existe donc un fossé énorme entre attentes des développeurs et propositions des employeurs. De quoi amplifier le phénomène « Great Resign » alors même que la tension sur le marché de l’emploi dans l’IT a repris de plus belle. Selon l’étude, « l’augmentation du travail à distance et les besoins en sécurisation des infrastructures Cloud ont conduit à l’explosion de la demande de profils experts dans l’automatisation, la cybersécurité, la data science et l’IA ». L’enquête CodinGame 2021 montre que les développeurs estiment qu’il est très facile pour eux de pouvoir changer de poste, avec un indice de confiance à 7 sur 10.

Ingénieurs DevOps, développeurs Back-end, développeurs Full Stack, sont les trois postes que les RH estiment les plus difficiles à recruter en ce moment. Les conserver devient un challenge prioritaire pour les entreprises de la Tech et pour les DSI de toutes les entreprises.

Pour Frédéric Desmoulins, “il est important que les entreprises se préoccupent autant de leurs salariés déjà en poste que de ceux qu’ils souhaitent recruter”. L’expérience « employé » est au cœur des débats. Selon l’enquête, la marque employeur et les valeurs de l’entreprise sont aussi devenues un facteur majeur de rétention dans la Tech : 60 % des développeurs se déclarent prêts à quitter leur entreprise actuelle, ou décliner une offre d’emploi, en cas de non-alignement avec leurs propres valeurs.

Autant de chiffres qui ne vont rassurer ni les DSI, ni les RH et qui les invitent à résolument inscrire la flexibilité du travail et l’expérience « employé » à leurs agendas de l’année 2022.


Source : CodinGame Developer Survey 2021 – CodinGame for Work