Selon le Wall Street Journal, le site de vente en ligne Amazon a déposé et obtenu l’homologation d’un brevet de livraison anticipée. L’objectif affirmé de la firme de Seattle est double : d’une part, dissuader ses consommateurs de passer commande chez un concurrent. D’autre part, réduire le handicap de la firme face aux boutiques réelles concernant les délais de livraison qui peuvent, selon Amazon, être dissuasifs lors d’un achat.

Pour parvenir à ses fins, le géant mondial de la vente en ligne entend s’appuyer sur le contenu colossal de ses bases de données. La solution envisagée semble simple : il s’agirait de développer un algorithme qui mêlerait les habitudes, la navigation, les recherches et bien entendu les achats déjà effectués par ses clients. Les produits ainsi sélectionnés par Amazon seraient dès lors expédiés vers une plateforme de stockage, attendant la conclusion de la vente.

Reste que, dans la rédaction du brevet, la firme ne s’aventure pas à détailler le gain pour le consommateur en termes de délais de livraison. En revanche, Amazon précise que si le client devait ne pas conclure la vente, le produit pourrait lui être offert si les coûts de retour s’avéraient excessifs.

Ce nouvel épisode de la saga Amazon s’inscrit dans la lignée de l’annonce faite par le vendeur de sa volonté de livrer ses produits à l’aide de drones. Là encore, il semble que le bruit autour du projet soit plus important que sa faisabilité même.