Gigantisme et extensibilité sont deux des principales caractéristiques des grandes bases de données, désormais alimentées par des bataillons de terminaux mobiles ou non, filaires ou non. Pour répondre à ce besoin, Amazon Web Service lance DynamoDB. Il s’agit d’une base de données de type NoSQL. D’après Amazon, quelques clics sur la console de gestion AWS (Amazon Management Console) suffisent pour ouvrir une nouvelle base de données et en ajuster instantanément la capacité sans perte de performances. Les données sont stockées sur des disques SSD.

L’usager peut démarrer gratuitement avec une capacité de 100 Mo et effectuer jusqu’à 40 millions de requêtes par mois. DynamoDB s’intègre avec Amazon Elastic MapReduce (Amazon EMR), ce qui permet à l’utilisateur d’analyser un ensemble de données stockées dans la base DynamoDB et, éventuellement, de stocker les résultats dans Amazon Simple Storage Service (Amazon S3) sans toucher aux données originales.