Selon une récente étude réalisée par Harris Interactive et Bank of the West, un tiers des PME affirment que les applications mobiles ne sont pas assez adaptées à leurs activités. Le marketing, le CRM et le paiement mobile sont les domaines dont le potentiel est le plus élevé.

La mobilité sur le lieu de travail est aujourd’hui une réalité pour presque toutes les entreprises, poussée par la consumérisation des technologies de l’information et le phénomène du BYOD (Bring Your Own Device). Cependant, les éditeurs de solutions ont encore des progrès à faire pour satisfaire les besoins d’un marché très demandeur, celui des PME. C’est ce que montre une étude récente de Harris Interactive et Bank of the West, réalisée aux Etats-Unis auprès de 500 dirigeants de SMBs (Small and Medium Enterprises, soit moins de 10 millions de dollars de chiffre d’affaires).

Ce que les PME utilisent…

Selon cette étude, 90 % des entreprises interrogées reconnaissent l’importance des technologies mobiles (smartphones, tablettes) pour leurs activités ; 68 % d’entre elles affirment qu’elles ont permis de rendre leurs processus plus efficients et 61 % qu’elles couvrent des fonctions qui ne pourraient l’être aussi efficacement par d’autres moyens.

Les principaux usages actuels déclarés restent pourtant cantonnés à des fonctionnalités élémentaires : 76 % pour la communication (appels, SMS, messagerie instantanée et courriels), 48 % pour la planification (gestion d’agendas…) et 42 % pour la géolocalisation (GPS…)

… et ce qu’elles souhaiteraient

A noter également que 33 % des PME sondées affirment que les applications mobiles ne sont pas assez adaptées à leurs activités et citent le marketing, le CRM (gestion de la relation client) et le paiement mobile comme les domaines dont le potentiel est le plus élevé. Elles attendent aussi plus de présence sur des tâches consommatrices en temps, comme le suivi des comptes, la gestion des notes de frais ou des stocks.

L’étude suggère ainsi qu’il existe une demande du marché pour le développement spécifique d’applications au service des PME. Celles-ci ont besoin de développeurs qui comprennent les défis auxquels elles sont confrontées et qui leur fournissent des solutions taillées sur mesure.

Les entreprises qui cherchent vraiment à se doter d’un avantage concurrentiel devraient envisager de s’équiper d’outils personnalisés. Dans cette démarche, elles doivent toutefois faire attention à ne pas réinventer la roue au vu de l’offre déjà foisonnante sur tous types de plates-formes et de systèmes d’exploitation, d’autant qu’elles reconnaissent manquer de temps et de compétences pour l’identification et l’appropriation des solutions existantes.

La sécurité, une préoccupation à ne pas sous-estimer

Autre dimension d’importance, la sécurité. Elle arrive pourtant loin dans la liste des freins à l’adoption de la mobilité relevés par l’étude. Cependant les smartphones et les tablettes sont facilement perdus ou volés. Et ils sont de plus en plus une cible de choix pour les cybercriminels, comme en témoigne l’explosion du nombre de logiciels malveillants circulant sur les terminaux mobiles. Ceux-ci stockent des gigaoctets d’informations sensibles dont la perte peut être critique. Les PME, souvent tentées de mettre en place rapidement des solutions peu onéreuses, doivent donc être conscientes des risques et prendre des mesures pour protéger les données sur les appareils mobiles.

En conclusion, les trois quarts des répondants au sondage estiment, sans surprise, que la technologie mobile deviendra de plus en plus importante pour leur entreprise. Ceci représente une opportunité pour les fournisseurs de technologies, qui ne doivent pas négliger ce segment de marché, aux marges plus faibles et aux volumes potentiels plus conséquents, mais également pour les consultants, qui peuvent aider les PME à identifier les solutions répondant le mieux à leurs besoins opérationnels, au meilleur coût et avec toutes les garanties de sécurité.

Jean Pujol

Jean Pujol