Amazon Web Services (AWS) a ouvert son deuxième datacenter européen, à Francfort (Allemagne), succédant à celui déjà présent en Irlande. Pour le fournisseur de cloud américain, il s’agit de montrer patte blanche et de prouver que ses infrastructures sont sécurisées et sûres. Sécurisées physiquement : Andy Jassy, Vice-président Senior d’AWS a pris soin de décrire les procédures de sécurité mises en place pour entrer dans le centre de données (biométrie, double authentification, etc.). Sécurité juridique également : « Nous proposons aux entreprises des API (Application programming interface) qui leur permettent de savoir où se trouvent leurs serveurs virtuels. Nos clients peuvent contrôler leurs informations et savoir où elles se trouvent », insiste Andy Gassy. De plus, Andy Jassy rappelle que AWS chiffre les informations. Le fournisseur peut s’en charger lui-même ou laisser le client crypter lui-même ses données, auquel cas le client est le seul à disposer de la clé de chiffrement : « Et dans ce cas, personne ne peut aller fouiller dans ses données, pas même les autorités américaines », indique-t-il. Et de rappeler qu’AWS a des clients dans des secteurs fortement régulés en Europe, dans le domaine des télécoms et de l’énergie, par exemple.