Ce résultat est d’autant plus surprenant que le secteur IT signait ces dernières années les hausses de salaire les plus faibles avec une progression seulement de 0,4 % en 2011 et de 0,6 % en 2012. On le sait 80 % des recrutements de cadres IT sont le fait des SSII. Des prestataires aux marges de manœuvres salariales étroites en raison de la pression qu’exercent leurs clients sur les prix.

Alors comment expliquer cette revalorisation salariale ? Expectra y voit l’effet d’entraînement de projets d’envergure tels que le déploiement de la 4G, la révolution du big data et, surtout, le développement du cloud. En période de crise, le recours au cloud permet des gains de productivité, rappelle l’étude. Il permet aussi « aux PME et aux ETI de faire évoluer leur architecture informatique sans engager des investissements lourds. »