En annonçant ViPR, un logiciel d‘administration du stockage, EMC entend unifier les ressources disques qu’il s’agisse d’espaces loués dans le cloud ou des plates-formes classiques situés dans l’entreprise.

Mais quelle est la nature du venin de ce nouveau serpent numérique ? En simplifiant la gestion des disques où qu’ils soient, EMC entend administrer les systèmes de ses concurrents et démontrer ainsi sa supériorité technique. ViPR va créer une couche d’abstraction unique. Les  données seront découplées des commandes spécifiques des différentes infrastructures et transférables dans d’autres environnements clouds compatibles, comme celui d’Amazon.

L’objectif est également de diminuer les coûts d’exploitation en simplifiant la gestion des équipements et de donner une seule interface à des volumes disques présents sur différents lieux. Du point de vue des logiciels vedettes du big data, il supporte le format HDFS, celui  des serveurs Hadoop, dont le nombre serait déjà supérieur à 500 000 unités, selon Joe Tucci, PDG d’EMC.

La comptabilité avec HDFS facilite la gestion du cloud hybride, ce qui devrait être apprécié par les hébergeurs. Pour Bernard Dubbs, un des analystes français spécialiste du stockage présent à l’EMC World, l’urgence tenait aussi à l’accumulation des offres chez EMC. « Depuis des années, EMC a fait fortune avec des systèmes de stockage très sophistiqués (VMax, Vnx, Vplex) qui nécessitaient souvent des journées entières de consulting pour bien s’adapter aux applications. Avec l’arrivée des services de stockage en ligne de plus en plus économiques et sur mesure, la comparaison des prix devenait parfois gênante et la complexité croissante. »

Avec le logiciel  ViPR, les différentes offres sont intégrées et virtualisées. Les critiques sur les investissements lourd, déjà réalisés deviendront plus difficiles. « Théoriquement, l’ensemble devient plus simple à administrer et cela redonne du pouvoir aux administrateurs », poursuit Bernard Dubs. Le directeur du marketing d’EMC, Jeremy Burton, n’hésitait pas à comparer le logiciel ViPR à une télécommande universelle qui remplacerait une demi douzaine de systèmes particuliers.

Une approche similaire à celle de VMware