Éric Leblanc
Directeur Europe de l’Ouest et du Sud, Silver Peak

VMware, spécialiste de la virtualisation, pousse le SDDC (Software- Defined Data Center) depuis près de deux ans. Alors que ce dernier reste davantage un concept, l’utilisation d’appliances virtuelles se généralise au sein du datacenter selon le nouveau rapport Data Center Network Equipment publié par Infonetics Research. Ce rapport, consacré aux équipements réseau pour les datacenters, informe sur les marchés internationaux et régionaux, les parts de marché des fournisseurs, les principales prévisions d’ici à 2018, ainsi que les principales tendances pour les équipements tels que les commutateurs Ethernet, les ADC (Application Delivery Controller, ou contrôleur de livraison d’applications), les appliances d’optimisation WAN et les off res groupées de commutateurs Ethernet.

Bien que le marché de l’optimisation WAN reste principalement matériel, l’attrait pour la virtualisation s’est accéléré. « Le marché des appliances virtuelles est naissant et change rapidement, explique Casey Quillin, analyste senior du Data Center Appliance Market Research au sein du groupe Dell’Oro. Nous prévoyons l’arrivée de produits haut de gamme et aux prix plus élevés, qui permettront de rendre les réseaux plus intelligents. »

Selon le groupe Dell’Oro, les appliances virtuelles représenteront la majorité des bénéfi ces du marché de l’optimisation WAN. Le rapport stipule que « les appliances virtuelles d’accélération WAN offrent plus de flexibilité dans l’optimisation des applications et l’accès aux données dans le cloud, ainsi qu’entre les datacenters et fi liales distincts. » En outre, il est établi qu’elles permettent de réduire les coûts.

Le WAN devrait retenir davantage l’attention pour plusieurs raisons : près de 70 % des cadres et chefs d’entreprise s’attendent à une augmentation de la demande en bande passante au cours de l’année à venir, mais seulement 15 % prévoient l’ajout de capacité WAN. Malgré la demande croissante générée par le Cloud ou le M2M (machine to machine), cet écart ne fera que s’étendre même si plus de 85 % des responsables IT déclarent que leur infrastructure WAN actuelle a un impact négatif sur la performance des applications critiques : une entreprise moyenne subit environ 14 incidents liés au WAN par an. Les DSI se concentrent en général sur les problèmes de latence et de capacité des liens WAN, sous-estimant l’impact de la perte de paquets, alors que 0,3% de perte réduit par 2,5 la bande passante réellement disponible. Il est donc essentiel pour les DSI de qualifier l’impact de ce paramètre dans leurs infrastructures, particulièrement pour les applications critiques.

Une autre étude récente, conduite par Exinda auprès de moyennes entreprises et d’établissements scolaires, révèle que 65 % des équipes réseau estiment leurs solutions d’optimisation WAN actuelles insuffi santes pour gérer la complexité accrue du réseau. Cette étude met également en avant les cinq challenges clés qu’une solution WAN doit adresser : garantir la ressource réseau nécessaire aux applications critiques (69 %) ; assurer une meilleure utilisation de la ressource réseau (57 %) ; réduire la taille des liens WAN nécessaires (49 %) ; résoudre les problèmes opérationnels de type réseau (34 %) ; faciliter l’implémentation des projets informatiques critiques (20 %).

Pour les DSI, la résolution pragmatique des problèmes liés au WAN (latence, perte de paquets et engorgement des liens) va au-delà des approches de solutions WAN traditionnelles jusqu’à présent concentrées sur l’accélération du trafic. Ils doivent tenir compte d’autres enjeux tels que la croissance constante des données à traiter, les risques de pannes de datacenters et les besoins en réplication rapide sans affecter l’activité en cours.

Aujourd’hui, la virtualisation semble être le choix préféré pour déployer une technologie d’accélération réseau. Elle permet aux entreprises de réduire leurs dépenses et leur offre également efficacité organisationnelle et flexibilité.