L’évolution rapide des technologies de l’information et de la communication crée de nouvelles attentes chez les utilisateurs, tant en termes de design que d’ergonomie. Sur un projet web, le concept de « design émotionnel » est une tendance forte consistant à insuffler de l’émotion à travers une interface graphique dès sa conception. L’objectif principal est de retenir l’attention du visiteur en suscitant des émotions chez l’internaute et ainsi transformer sa visite en une expérience à part entière. Pour répondre aux exigences des utilisateurs, une interface doit être fonctionnelle, optimisée et sécurisée. Mais la dimension technique du site ne fait pas tout. Afin de capter toute l’attention du futur visiteur sur le site, il est important d’anticiper cette expérience. Si l’interface web doit correspondre à l’image de l’entreprise, elle doit aussi transmettre un ressenti en créant ainsi un lien propre, le design émotionnel ren-
voie donc à des sentiments humains. Les objets que nous utilisons génèrent ou non des émotions en fonction de la personnalité de chacun. Nous les choisissons, les apprécions, non seulement pour le rôle qu’ils jouent, mais aussi pour les sensations qu’ils nous procurent.
 
Utiliser le design émotionnel de manière appropriée
 
Le plus souvent, l’émotion passe au travers de petits détails visuels ou de fonctions simples qui font appel aux réflexes primaires du cerveau. Que ce soit au travers d’un ton particulier dans les textes (utilisation du  « je », par exemple), d’une illustration ou encore de fonctionnalités interactives et amusantes, il faut faire appel à la sensibilité des internautes en mobilisant les réflexes innés plutôt qu’acquis et ainsi susciter une réponse rapide, communément partagée et positive. Le design émotionnel n’est pas évident à mettre en œuvre. Une connaissance graphique du domaine de la publicité est nécessaire. La mise en place du design émotionnel peut se faire graduellement, en modifiant certains éléments qui feront sens, ou en passant par une refonte totale permettant de créer une vraie dynamique efficace. Dans le cadre de la création d’interfaces numériques destinées à des applications de formation et d’e-learning, le design émotionnel prend tout son sens. L’utilisateur est la plupart du temps seul face à son écran, un média impersonnel dans un environnement « virtuel » et ressent un fort besoin d’épanouissement personnel. Il s’agit de moments particuliers où l’apprenant doit s’approprier un savoir spécifique, souvent sur des durées assez longues et répétitives. Dans ce contexte, l’interface numérique doit créer une appartenance affective et maintenir au maximum l’attention, la concentration et la motivation des apprenants. Au cours d’un programme d’e-learning, il est essentiel que l’apprenant apprécie sa formation et retrouve une interface chaleureuse avec des repères qui lui sont familiers.
 
Souvent basé sur la pyramide de Maslow, le design émotionnel permet d’illustrer sur différents niveaux de lecture, les cinq catégories de besoins : les besoins physiologiques, les besoins de sécurité et de confort, les besoins sociaux (appartenance et affection), les besoins d’estime de soi (confiance et reconnaissance) et les besoins d’accomplissement et d’épanouisse-
ment personnel. Tout ceci dans l’optique de valoriser l’expérience utilisateur à travers une diversité d’interactions entre l’interface et l’apprenant. À travers différents outils, le design émotionnel doit également permettre de recréer de manière réaliste les sentiments éprouvés lors d’un véritable échange entre un apprenant et son professeur. Dans ce cas, le design émotionnel recommande de recourir à l’emploi d’une ligne éditoriale « familière », à l’utilisation d’une mascotte ou encore à une iconographie de reconnaissance valorisante (trophée, médailles, étoiles, etc.) Cela permet alors de capter l’attention, motiver, faciliter la concentration des utilisateurs dans un cadre sécurisant et jovial et ainsi associer apprentissage et plaisir.