Après trois trimestres de baisse consécutifs, le marché du stockage sur disque (ECB) a finalement retrouvé un semblant de dynamisme en fin d’année 2013. Ainsi, au 4e trimestre, il a généré 6,3 Md$ de revenus à travers le monde. 
Estimé par le cabinet Gartner, ce chiffre est en augmentation de 5 % par rapport à l’année d’avant mais ne masque cependant pas, au final, une croissance annuelle particulièrement faible.
Sur l’exercice 2013, les revenus globaux du marché ont atteint 22,5 Md$, soit une augmentation de 1,4 % par rapport aux 22,2 Md$ enregistrés en 2012. Cette augmentation constitue la plus faible répertoriée depuis l’exercice 2009 et met en lumière les fortes difficultés du marché sur des zones géographiques autrefois porteuses, comme l’Europe, l’Amérique du Nord ou certains pays asiatiques, notamment le Japon.
EMC, leader mondial
Sans surprise, le fournisseur EMC, leader dans le domaine de la commercialisation des solutions ECB, a conservé la mainmise sur le secteur en recueillant 36 % de parts de marché (PDM) au 4e trimestre 2013. Son chiffre d’affaires trimestriel se porte à 2,257 Md$, en hausse de 10 % sur un an. Sur l’année, il atteint 7,7 Md$, loin devant ses principaux concurrents.
EMC fait partie, avec NetApp, Fujitsu et HP, des quatre acteurs du secteur qui revendiquent une hausse de leurs revenus d’une année sur l’autre. Mention spéciale à HP qui consolide sa place dans le top 4 du marché grâce à une croissance record au dernier trimestre, avec des revenus en hausse de 25,3 % par rapport à la même période en 2012. HP a notamment profité de la percée de 3Par StoreServ et StoreOnce, deux de ses solutions de stockage particulièrement appréciées des professionnels.
IBM dans le dur
En dépit des bons résultats de ces entreprises, d’autres groupes, américains notamment, ont clairement marqué le pas fin 2013. Dell et Oracle abandonnent quelques pouces de terrain, mais c’est surtout IBM qui subit ce ralentissement général.
Avec 14,3 % de parts de marché au T4 2013, Big Blue reste le deuxième acteur du secteur, avec près de 4 points d’avance sur NetApp, qui complète le podium. Mais cette marge continue néanmoins à fondre lentement, puisque l’an passé, à la même période, IBM comptait près de deux points de parts de marché en plus et NetApp flirtait avec les 10 %.
Cette tendance se retrouve sur la seule année 2013 : NetApp, avec 2,7 Md$ de facturations, représente 11,8 % de PDM, tandis qu’IBM conserve la deuxième place d’une courte tête, avec un CA de 2,8 Md$ et 12,7 % de PDM.
Cela est d’autant plus inquiétant pour l’entreprise qu’elle est le seul fournisseur du quatuor de tête à avoir publié une baisse de ses ventes en valeur (-3 %) sur l’année.