Un nouveau rapport doit alerter les DSI sur la nécessité de s’adapter afin d’attirer les profils talentueux sur des postes à pourvoir toujours plus nombreux. Heureusement, les recruteurs devraient disposer en 2022 d’un budget plus important.

CodinGame et CoderPad ont fait appel à leur communauté de développeurs et à leurs réseaux de partenaires RH pour tracer un état des lieux du secteur de la Tech et des aspirations des développeurs. Ils les ont interrogés sur leurs projets, leurs défis, et leurs priorités afin de tracer un portrait complet du métier de développeur en 2022.

Le rapport s’appuie sur les réponses de 14 000 développeurs dans 131 pays. Celui-ci confirme deux tendances perçues depuis quelques mois : d’une part les développeurs sont accrocs au télétravail, d’autre part les recruteurs vont disposer en 2022 d’un budget plus important pour les recruter…

Si l’on en croit le rapport, le marché de l’emploi redémarre en force en 2022 du côté des développeurs. Cette année, plus de la moitié (53%) des recruteurs disposeront d’un budget plus important pour recruter des développeurs.
On observe également une hausse significative des recrutements massifs : 35% des recruteurs interrogés prévoient de recruter plus de 50 développeurs en 2022. Le pourcentage d’entreprises recrutant plus de 200 développeurs double (2,9% en 2021 contre 6,7% en 2022), tandis que les recrutements de plus de 500 développeurs vont augmenter de 50% (4,9% en 2021 contre 8,2% en 2022).

Freelances et télétravail

Le problème c’est qu’il s’agit là de statistiques mondiales et ces moyennes mondiales masquent d’éventuelles difficultés locales alors que l’on annonce par exemple en Europe un retour en force des pratiques d’outsourcing offshore.
Cependant deux autres tendances viennent nuancer cette dernière remarque.
La première, c’est que la pandémie a donné un coup de pouce aux travailleurs indépendants. 42% des recruteurs ont commencé à embaucher des travailleurs freelances ou se sont tournés davantage vers de l’externe du fait de la pandémie. Et les développeurs apprécient de plus en plus le statut de freelance.
La seconde, c’est que les développeurs ne limitent pas leurs recherches d’emploi aux offres locales. Selon l’étude, 50% d’entre eux chercheraient à l’international (ils ne sont que 20% à chercher spécifiquement dans leur ville).

Cette seconde tendance est évidemment étroitement liée à l’adoption du travail à distance. Une pratique très en vogue dans l’univers du développement. En 2022, 70% des développeurs souhaitent travailler à distance. Et les recruteurs s’alignent sur cette demande. Ils n’ont guère le choix. L’étude montre que « globalement, plus les développeurs travaillent à distance, plus ils sont heureux. En revanche, ceux à qui on a demandé de revenir au bureau sont beaucoup moins satisfaits (33% de ceux à qui on a demandé de revenir à temps plein ne sont « pas très heureux » ou « pas du tout heureux ») ».

Un déphasage qui complique encore les recrutements

Les développeurs full-stack et back-end sont les deux rôles pour lesquels les recruteurs pensent avoir le plus de difficultés de recrutement, bien que ces postes soient assez courants contrairement aux développeurs DevOps, Architectes, Data Scientists, et experts en IA / Machine Learning qui restent rares et difficiles à trouver sur le marché. Autant d’éléments qui expliquent un marché de l’embauche tendu. Le rapport note cependant que « l’IA / Machine Learning et le DevOps figurent tous deux dans le top 5 des compétences que les Devs souhaitent acquérir en 2022 » et y voit « une bonne nouvelle » à même de satisfaire la demande future.
On notera quand même que, si l’on se base sur le graphique « Skills to Learn/Hire », il existe un déphasage important entre développeurs et recruteurs. C’est particulièrement vrai pour le développement Web, la Blockchain, et la réalité virtuelle.

 


Source : ENQUÊTE CODINGAME & CODERPAD SUR LE RECRUTEMENT TECH EN 2022