62% des travailleurs français, contre 49% dans le reste du monde, préfèrent le travail hybride. La France serait ainsi le pays où la demande en travail hybride est la plus marquée selon une nouvelle étude Atlassian/PaperGiant.

La seconde édition de l’étude annuelle « Remoting Work : Quantitative Research » d’Atlassian et PaperGiant révèle les changements de mentalité et de pratiques au sein des entreprises après deux ans de crise pandémique et de télétravail imposé par les confinements.
Par rapport à l’an dernier, l’étude marque une évolution des mentalités avec moins d’appétence pour un télétravail exclusif et à l’inverse davantage d’attrait pour la flexibilité du travail hybride. En 2020, 41% des personnes interrogées réclamaient l’adoption du travail hybride. En 2021, elles sont désormais 49% à l’échelon mondial et même 62% en France !

La France est ainsi le pays affichant le plus fort taux de demande pour une adoption du travail hybride !

« Parce que le travail à distance offre plus de liberté dans la gestion du temps favorisant ainsi l’organisation et la productivité personnelle, mais aussi parce que revenir sur site va également permettre à chacun de recréer le lien physique, le nombre de collaborateurs travaillant à distance entre un et quatre jours par semaine au cours des douze derniers mois est passé, au niveau mondial, de 46% en 2020 à 54% en 2021 » constate les rapporteurs de l’étude.

En 2021, 68% des sondés français auraient adopté un mode hybride alors que le Pays a connu des phases de confinement mais aussi un retour au travail, conséquence d’un haut niveau de vaccination. Seuls 22% des sondés français sont restés pleinement à distance contre 39% en Australie ou 49% aux USA.

En 2020, seuls 36% des sondés français déclaraient qu’il était aisé de s’adapter au travail à domicile, contre 53 % au niveau mondial. En 2021, 56% se sentent désormais plus efficaces, ayant réussis à mieux s’installer et s’isoler chez eux. D’ailleurs, 67% des Français sondés disent avoir amélioré leur équipement pour le travail à distance en 2021. Une tendance confirmée à l’échelle mondiale : ils sont 51% au Japon, 64% aux USA, 72% en Australie, et même 93% en Inde à en avoir fait de même.

Toutefois, le rapport note que « bien qu’ils soient bien équipés et se sentent plus efficaces en travaillant de la sorte, les sondés semblent avoir moins confiance en leurs équipes, par rapport à 2020. En effet, au niveau mondial, ils ne sont plus que 44% à penser qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes en étant organisés de la sorte, alors qu’ils étaient 56% à l’an passé ».

L’esprit d’équipe semble lui aussi s’essouffler en parallèle. En 2020, 63% des salariés interrogés déclaraient conserver un fort sentiment d’appartenance à une équipe. Ils ne sont plus que 54% à l’affirmer cette année. Et la situation semble pire en France. 45% des Français sondés reconnaissent passer désormais moins de temps à échanger avec leurs collègues et 33% confirment participer de moins en moins à des sessions collectives, préférant avancer de façon isolée.

Dit autrement, en l’espace de deux ans, le télétravail a démontré non seulement ses qualités mais aussi ses limites. Si les Français ont bien perçu les avantages du télétravail et la flexibilité qu’il offre pour mieux combiner vie professionnelle et vie privée, les entreprises doivent désormais accélérer dans la mise en œuvre d’un travail hybride à même de satisfaire leurs salariés tout en maintenant les cohérences d’équipe et les sentiments d’appartenance à un collectif.


Pour en savoir plus :
> Managers, your employees are struggling – here’s how to keep them happy – Work Life by Atlassian
> New research shows employees expectations have shifted – Work Life by Atlassian