Dans l’industrie automobile, le véhicule connecté s’impose progressivement comme la nouvelle norme. Or, sa croissance, tout comme celle de la masse des données qu’il génère, augmente mécaniquement les vulnérabilités que peuvent exploiter les cybercriminels.

Par Evariste Akouégnon, Security Senior Manager, Accenture
et Pierre Jacob, Security Manager, Accenture

Comment alors sécuriser un univers dans lequel les voitures deviennent des systèmes de plus en plus complexes, intégrant un nombre sans cesse croissant de composants autonomes interconnectés (capteurs, actionneurs, systèmes automatisés intelligents…) ?

Nous sommes convaincus que l’identité digitale va jouer un rôle central dans la sécurisation des véhicules connectés d’aujourd’hui et celle des voitures autonomes de demain.

LA NOUVELLE CLÉ D’ACCÈS AU VÉHICULE

Il ne s’agit pas d’imposer une nouvelle norme de sécurité. L’idée est plutôt d’ajouter un composant de sécurité sous la forme d’une plateforme de gestion des identités digitales permettant de créer un système de communication unifié et sécurisé entre les divers composants du véhicule, et entre le véhicule et ses utilisateurs. À titre d’exemple, on peut aisément envisager de renforcer la sécurité du système d’ouverture et de fermeture du véhicule. Aujourd’hui, le déverrouillage des portes est généralement commandé par l’envoi d’un signal à partir d’une clé physique, mais ce signal est, dans le meilleur des cas, prédictible, quand il n’est pas purement et simplement fixe, et peut donc être facilement piraté. Avec le concept d’identité digitale, il devient possible de créer une clé digitale à courte durée de vie, envoyée par un système intelligent. Même si ce signal est intercepté et dupliqué, il sera alors automatiquement rejeté par le véhicule puisqu’il est très fréquemment modifié.

LA CLÉ DE L’INTEROPÉRABILITÉ

Outre le renforcement de la cyber-protection du véhicule, la grande force de cette approche est de résoudre la question de l’interopérabilité, l’un des problèmes les plus épineux auquel est aujourd’hui confrontée l’industrie automobile.
L’interopérabilité des véhicules connectés se heurte en effet aujourd’hui à plusieurs obstacles : une croissance exponentielle des éléments connectés qui réduit l’espoir de s’aligner sur une norme commune ; un manque d’aides financières pour construire des plateformes communes ; une profusion de nouvelles technologies qui devraient être révisées…

Avec l’identité digitale, ces problèmes sont en grande partie résolus. L’interopérabilité est assurée par la plateforme de gestion des identités digitales, sans avoir à imposer de nouvelles exigences d’interconnexion entres les composants. Cette approche peut même être considérée comme révolutionnaire, car elle permet de gérer tous les équipements et toutes les entités au sein d’une plateforme informatique unique, adaptée à tous les modèles de la marque.

LA CLÉ D’ACCÈS AUX NOUVEAUX USAGES

Enfin, l’un des avantages majeurs de l’identité digitale est de favoriser de nouveaux usages et de nouvelles expériences créant de la valeur pour l’automobiliste et pour l’ensemble de l’écosystème.

Imaginons par exemple le cas du prêt d’un véhicule. L’accès à la voiture peut être autorisé à distance par son propriétaire depuis son smartphone, sans avoir besoin de remettre les clés en main propre. La durée de cet accès peut, elle aussi, être programmée.
Cette fonction de contrôle et de gestion des droits d’accès pourrait être aussi utilisée pour autoriser un livreur à ouvrir exclusivement le coffre du véhicule afin d’y déposer un colis ou encore permettre à un garagiste de récupérer un véhicule pour en réaliser l’entretien sans avoir à prendre rendez-vous avec son propriétaire.
Globalement, l’amélioration de l’expérience client passera par une meilleure continuité digitale entre la maison, le smartphone et la voiture en associant sécurité du véhicule et confort d’utilisation.

Pour les constructeurs automobiles et d’autres acteurs du secteur, ces usages innovants ouvrent donc la voie à la création de nouveaux services et sources de revenus. Aussi, de nouveaux business models émergeront progressivement.

Le concept d’identité digitale apparaît ainsi aujourd’hui comme la solution de sécurité idoine pour accompagner le changement de paradigme en cours, la transformation du véhicule d’objet physique en un univers digitalisé et celle des constructeurs automobiles en fournisseurs de services. Pour en tirer pleinement profit, les constructeurs devront cependant l’intégrer suffisamment en amont dans leurs projets de développement de nouveaux véhicules.