« Il est temps que les DSI entrent dans les comités de direction ! »

Cri d’alarme des DSI. Dans une étude menée par CA Technologies, 90 % des DSI des sociétés françaises déplorent le manque de culture numérique de leurs comités de direction. Un tiers estime que leurs dirigeants n’ont même aucune conscience de l’impact des nouvelles technologies sur le business de leur entreprise. Ils ne comprennent pas qu’en étant présente sur les réseaux sociaux, l’entreprise gagne en visibilité et trouve donc de nouveaux clients. Ils ne pensent pas qu’en déployant des outils collaboratifs ils vont pouvoir développer l’interaction entre collaborateurs et échanger des idées qui seront créatrices de valeur pour l’entreprise. Ils n’imaginent pas que ces outils collaboratifs les aideront également à mieux appréhender les besoins de leurs partenaires mais aussi de leurs clients, et par conséquent de mieux répondre à leurs attentes. Ils n’ont pas conscience que grâce au numérique, ils vont accroître leur productivité, leur réactivité et donc la compétitivité de leur entreprise. Pour les comités de direction, ces outils sont perçus comme des gadgets et l’informatique s’apparente, toujours et encore, à un centre de coûts et non à un centre de profit. Il est donc impératif, qu’au même titre que la direction commerciale, marketing ou financière, les DSI entrent dans les comités de direction. En France, il faut savoir qu’ils ne sont que 30 % à participer à cette instance, contre près de 60 % en Allemagne. Or, il s’avère crucial que le DSI soit impliqué dans les discussions stratégiques de façon à définir, très en amont, la politique numérique qui va accompagner l’entreprise dans sa création de valeur. A l’heure ou l’on parle de redressement productif, le numérique a un rôle à jouer. Les directions générales doivent comprendre que ne pas développer le numérique dans une entreprise, cela revient à la condamner.