Microsoft serre la vis de la sécurité sur Azure. Le cloud de la société de Redmond se dote d’un niveau supplémentaire de sécurisation appelé Antimalware. Son périmètre s’étend jusqu’aux machines virtuelles (VM).

Cette extension gratuite propose « un niveau supplémentaire de sécurité aidant à identifier, bloquer et supprimer les logiciels malveillants sur des machines virtuelles gérées par les clients Azure », explique la société.

Cette sécurisation s’opère en temps réel, évitant aux administrateurs un traitement manuel des contrôles. Les résultats peuvent ensuite être analysés, mais aussi intégrés à l’interface en ligne de commandes PowerShell pour l’automatisation.

Seul bémol : Windows Server 2008 R2 et 2012 (original et R2) sont les seuls OS concernés par cette annonce.