[HUMEUR] «Les problèmes du BYOD sont nombreux et les avantages discutables»

Oubliez le BYOD (Bring Your Own Device), passez au COPE, pour Corporate Owned, Personally Enabled. Ce procédé aidera la DSI à reprendre la main sur le système d’information (SI) de l’entreprise. Comment ? En donnant au salarié le choix du matériel IT qui a ses faveurs (smart­phones, tablettes mais aussi PC portables), en l’auto­risant à un usage mixte professionnel et personnel et, surtout, en lui payant ce matériel. En clair, le Cope contourne le BYOD. Il évite de lais­ser l’entreprise assister, impuissante, à l’usage sauvage que font les collaborateurs de leur matériel personnel dans la société.

Les problèmes du Byod sont nombreux et connus : intégration complexe et incomplète au SI, sécurité quasi inexistante, failles juridiques… Et les avantages se révèlent discutables. La baisse du TCO (coût total de possession) des postes de travail invoquée, du fait que les employés achètent et gèrent eux-mêmes leur matériel, reste à démontrer. A moins de disposer d’une une infra­structure déjà virtualisée et des applications métier orientées web, la modification du SI pour accueillir dignement le BYOD peut même avoir un effet contraire.

Bref, pour la DSI, les RSSI et la DRH, le COPE est bien plus intéressant. En leur donnant un choix (même restreint) entre différents terminaux, les salariés ont presque l’impression de recevoir un cadeau, puis­qu’ils ont la possibilité de les exploiter dans un cadre purement personnel et de les emporter chez eux. La DSI est fière, car elle propose un nouveau service et améliore le confort de travail des collaborateurs, la DRH est plus détendue, et les RSSI ont les moyens de travailler efficacement. Mais BYOD ou COPE, le message du collaborateur est clair. Si le matériel IT de l’entreprise est has been, il utilisera le sien qui est beaucoup mieux (forcément), et si la DSI n’est pas contente, elle n’a qu’à lui fournir du matériel adéquat. Dont acte.