Dans un contexte tendu sur le recrutement des jeunes talents, le manager doit évoluer pour se mettre au service de ses collaborateurs et stimuler la collaboration selon Gartner.

Ces dernières années, nombre d’entreprises, dont notamment des GAFA, n’ont pas hésité à supprimer purement et simplement leur middle management pour gagner en performances. Selon Gartner, elles ont peut-être tort. À l’occasion d’une conférence qui s’est tenue en fin d’année dernière à Las Vegas, le cabinet d’analyse est en effet revenu sur le rôle fondamental joué par ces managers intermédiaires, à condition d’adapter leur mission aux challenges que l’entreprise doit relever dans le cadre de sa transformation numérique.

Selon l’étude menée aux Etats-Unis par Gartner, seulement 30% des employés sont réellement impliqués dans leur travail et la première cause de départ d’un collaborateur est… son manager. Pour Melanie Louggee, Research VP qui a mené cette étude, ces chiffres montrent à quel point le manager a impact direct sur la capacité de l’entreprise à retenir les talents.

Selon l’analyste, le manager doit évoluer pour non seulement améliorer sa capacité de rétention mais également favoriser un climat de travail propice à l’implication des collaborateurs. Dans cette perspective, les managers doivent gagner en agilité et changer radicalement leur façon de penser. Beaucoup plus axé sur la collaboration que sur une hiérarchie liée à des notions de pouvoir, ce manager nouvelle génération est un « servant leadership » ou dit autrement, un manager qui écoute plus qu’il ne commande. Il doit s’inscrire dans une démarche de partage de l’information en mettant en place des outils qui favorisent le dialogue et la collaboration et s’appuyer sur les influenceurs, internes ou externes à l’entreprise, pour enrichir les échanges.

De fait, pour Gartner, le manager de demain est avant tout un personnage désintéressé par le pouvoir qui se met au service de la collaboration en stimulant les échanges et la formation de ses collaborateurs afin de les mettre en position de donner le meilleur d’eux-mêmes.

A lire également:
Adapter sa politique RH au freelance : il y a urgence
Le choc des générations numériques