L' open source gagne encore encore du terrain en 2022...

Gouvernance

[Rétrospective 2022] L’open source gagne encore du terrain

Par François Jeanne, publié le 27 décembre 2022

En marge du salon Open Source Experience, une étude de Markess by Exaegis confirme la bonne forme du secteur. Celui-ci afficherait dans l’Hexagone une progression supérieure à celle du marché global des logiciels et services, confirmée sur les cinq prochaines années. La France mène par ailleurs la danse en Europe, grâce au soutien de ses pouvoirs publics.

La lecture du rapport de Markess publié en novembre et réalisé en collaboration avec le CNLL, Numeum et Systematic, a tout lieu de réjouir les DSI qui utilisent des composants open source.

Mais y en a-t-il encore qui se l’interdisent ? Selon des chiffres estimés à fin d’année et comparés à ceux de 2021, l’étude révèle que le marché de l’open source progresse plus vite (+8,6 % à 5,9 Md€) que le marché global des logiciels et services (+6,8 % à 53,1 Md€). Cet écart, de 1,8 point en 2022, a légèrement augmenté par rapport aux années précédentes. Il devrait se stabiliser autour d’une moyenne de 1,5 point sur les cinq prochaines années.

Markess projette ainsi que l’open source, en 2027, représentera 12 % des ventes de logiciels et services, contre 11,2 % actuellement. Et c’est bien sûr essentiellement grâce aux services. Dans le secteur uniquement logiciel, l’open source ne représente en effet que 2,5 % du marché. Un marché dont il suit la loi inexorable, pour les logiciels dont l’implémentation et l’usage le permettent, du passage au mode SaaS.

À LIRE AUSSI :

Des gouvernements à la rescousse

Tous ces bons chiffres permettent à la France de demeurer en première position sur l’échiquier européen. Elle y devance de peu les marchés britannique (+8,2 % à 5,5 Md€) et allemand (+6,9 % à 5,2 Md€).

L’étude attribue cette bonne tenue au soutien des gouvernements concernés, mais aussi à celui de la Commission européenne. Pour rappel, le Plan d’action logiciels libres et communs numériques français, présenté en 2021, avait pour objectif de renforcer le recours aux logiciels libres dans l’Administration, de développer l’ouverture des codes sources publics, et de s’appuyer sur les logiciels libres pour renforcer l’attractivité de l’État en tant qu’employeur. La « Déclaration de Strasbourg sur les valeurs et défis communs aux administrations publiques européennes », signée pendant la présidence française de l’Union européenne en début d’année, a confirmé cet engagement au niveau continental.

Sur le plan des forces vives, les indicateurs sont également au vert, au moins du côté des créations nettes d’emplois. Aujourd’hui, 64 000 personnes travaillent directement dans le secteur de l’open source et, selon les projections de Markess, 26 000 autres recrutements devraient intervenir d’ici 2027.
Les profils demandés sont des plus variés, et les compétences demandées aussi : IA, IoT, cloud, sécurité, communications…

Plus généralement, l’étude souligne que l’open source est remarquablement positionnée sur les domaines les plus dynamiques du numérique (voir infographie).

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Oui, si les pénuries de compétences constatées dans l’IT n’affectent pas cet allant dans les années à venir. Et que, dans les DSI où les collaborateurs utilisent des composants open source, on continue de jouer le jeu en les laissant participer aux communautés – ce qui est d’ailleurs un facteur d’attraction des nouveaux talents.

Car même si le monde change et qu’un Microsoft peut aujourd’hui être un « gold » sponsor du salon Open Source Experience, la pérennité de l’open source passe toujours – au moins partiellement – par des comportements participatifs et pas seulement consuméristes. Sinon, autant redonner les clés du marché à des acteurs ayant les mêmes objectifs que ceux dont feu le logiciel libre voulait se libérer…


L’open source en France en 2022

5,9 Md€ (+8,6% par rapport à 2021)

2,5% du marché des logiciels

16% du marché des services

SOURCE MARKESS BY EXAEGIS, 2022


Rétrospective Open Source en 2022

IT for Business est également longuement revenu dans ses colonnes sur un autre rapport. Celui de Red Hat et l’édition 2022 de son fameux « State of Enterprise Open Source« . L’étude montrait notamment que 79% des responsables IT européens avaient une perception plus positive de l’open source qu’un an auparavant et que 82% des responsables IT européens préféraient choisir un fournisseur de solutions qui contribuaient aux communautés open source.

À LIRE AUSSI :

En 2022, on a encore beaucoup parlé cybersécurité et failles dans les bibliothèques open source. L’une de celle qui aura le plus marqué les esprits – parce qu’elle fait écho au Log4Shell de l’an dernier – n’est autre que celle qui a affecté la très célèbre librairie OpenSSL utilisée pour sécuriser les échanges.

À LIRE AUSSI :

Cependant l’open source reste l’une des clés de la souveraineté Européenne comme nous le rappelait Sébastien Lescop, Directeur Général de Cloud Temple, l’un des rares acteurs français du cloud certifiés SecNumCloud dans un entretien vidéo accordé à InformatiqueNews et IT for Business. Pour lui, toute souveraineté numérique de l’Europe doit s’appuyer sur une indépendance technologique dont l’open source est l’une des expressions.

À LIRE AUSSI :

Enfin, on retiendra deux initiatives. La première est la nouvelle fondation Overture Maps Foundation dans le giron de la fondation Linux, qui veut ouvrir le marché de la donnée cartographique et qui est soutenue par AWS, Microsoft, Meta et TomTom.
La seconde – le Metaverse Standard Forum – regroupe Adobe, Autodesk, Microsoft, Meta, Unify et Sony pour créer de véritables standards ouverts et interopérables autour des métavers.

À LIRE AUSSI :


Dans l'actualité