Marque de Dassault Systèmes dédiée aux PME, SolidWorks vient de présenter la version 2014 de son logiciel de CAO. Son logiciel évolue, mais l’éditeur cherche surtout à s’ouvrir de nouveaux marchés hors de son pré carré, la conception mécanique.

Représentant aujourd’hui 20% du chiffre d’affaire de Dassault Systèmes, SolidWorks est devenu, depuis son acquisition en 1997, un levier de croissance essentiel pour l’éditeur français. Le succès du lancement de la version 2014 de ce logiciel de CAO dédiée aux PME est donc capital alors que la concurrence de Siemens PLM, PTC et Autodesk est plus que jamais acérée.

SolidWorks 2014 bénéficie des améliorations classiques de chaque nouvelle version : le produit évolue dans ses fonctionnalités, avec des améliorations apportée au niveau tôlerie, mise à l’échelle des esquisses, contrôle des courbes (splines). La version 2014 devrait se montrer plus véloce que sa devancière : ainsi le logiciel, dont le moteur 3D reste Parasolid, va exploiter le mode OIT (Order Independent Transparency) des cartes graphiques. De même, l’exploitation du multi-coeurs a été grandement améliorée, un point important pour la simulation numérique.

Outre la modélisation 3D stricto sensu,  20% des ventes de SolidWorks sont réalisées sur les autres logiciels de la gamme tels que la simulation numérique, la visualisation avancée avec solidWorks Composer, SolidWorks Plastics, fruit de l’acquisition de SIMPOE et, dernière acquisition en date de l’éditeur, SolidWorks Electrical dont la technologie de conception des systèmes électriques provient de Trace Software International. 

SolidWorks innove sur la modélisation directe et réalité augmentée

Parmi les pistes d’innovation suivies par l’éditeur pour ses prochaines versions, ses prochains produits, la mobilité figure au premier plan. Bertrand Sicot, CEO de SolidWorks explique sa position vis-à-vis des tablettes : « Il n’y aura pas de SolidWorks 2014 sur tablette, ça n’aurait aucun sens. Ce vers quoi nous allons, c’est proposer des applications où la tablette est pertinente. Nos utilisateurs ne nous demandent pas d’outil de modeling sur tablettes. Par contre, une tablette ce n’est pas qu’un simple écran tactile : elle dispose d’une caméra, de multiples senseurs et surtout elle a connecté. C’est ce qui nous a poussé à proposer eDrawings for iOS Augmented Reality. »

Le logiciel permet d’afficher un objet 3D dans son contexte, grâce à la réalité augmentée. Un outil conçu plus pour les chefs de projets que les concepteurs sédentaires. Autre innovation, SolidWorks Mechanical Conceptual. SolidWorks a dévoilé ce nouveau logiciel hybride Cloud lors de sa précédente conférence utilisateur à Orlando. Ce logiciel de conception mécanique conceptuelle est en rupture avec SolidWorks 2014 : il n’est plus basé sur le moteur 3D Parasolid, mais le moteur 3D de Dassault systèmes. Dans le processus de développement d’un produit, celui-ci doit venir se placer en amont de la CAO, au moment de définir les grandes lignes du projet, avant de lancer les ingénieurs dans la conception détaillée. SolidWorks veut aller au-delà de la CAO pure pour élargir sa base installée de façon radicale. Bertrand Sicot explique le pourquoi de l’arrivée prochaine de ce produit au catalogue SolidWorks : « Nous avons vendu environ 500.000 licences industrielles et si on additionne ce qu’ont fait l’ensemble des vendeurs de CAO depuis 30 ans, on arrive à 1,5 million de licences. Or notre marché, c’est potentiellement 4 millions de licences. En 30 ans, on n’a fait qu’un tiers du chemin, on a encore de gros leviers de croissance » conclut le CEO.