Une IT plus green

Green IT

Feu vert pour une IT plus green

Par La rédaction, publié le 16 décembre 2022

S’il reste un long chemin à parcourir, force est de constater qu’au cours de cette dernière année, le marché de la green IT a considérablement gagné en maturité. Des outils pour industrialiser la mesure aux données de référence pour gagner en précision, toutes les conditions seront bientôt réunies pour accompagner les DSI dans l’optimisation de leur empreinte environnementale. Sustainability mode d’emploi !


Dossier réalisé par XAVIER BISEUL & MARIE VARANDAT


Sommaire dossier sustainability / Green IT

1. Sustainability : désormais tous responsables !

Microsoft, Google, AWS, Nutanix, Pure Storage, Akamaï mais aussi L’Oréal, Michelin, Saint-Gobain, Generali, Sanofi et bien d’autres… Aujourd’hui, quel que soit le secteur d’activité ou la taille de l’entreprise, communiquer sur son empreinte environnementale du numérique est non seulement devenu une obligation, mais aussi un levier d’attractivité pour séduire plus de consommateurs, plus de compétences rares, ou encore pour retenir des collaborateurs de plus en plus sensibles aux comportements éthiques de leur employeur.

2. Une IT motrice de la responsabilité environnementale

Synonyme de sobriété et de frugalité numérique, la notion de green IT ne traduit pas l’impact positif de certaines technologies sur l’environnement. Ces dernières sont pourtant de plus en plus au cœur de nombreux projets, contribuant de façon positive et mesurable à l’effort de réduction de l’empreinte environnementale de l’entreprise.

3. Quand la « sustainability » est un levier d’attractivité et de rétention des talents

Un nombre croissant de jeunes diplômés entendent privilégier les entreprises en accord avec leurs convictions sociales et environnementales. Pour continuer à recruter, mais aussi à fidéliser ses collaborateurs, une DSI se doit d’intégrer la dimension RSE dans sa stratégie de marque employeur.

4. Comment la DSI doit se mettre à la « sustainability »

Pour engager la dynamique, la DSI doit s’appuyer sur des collaborateurs convaincus par les bienfaits du numérique responsable et trouver des relais en interne. Seul un cadre de gouvernance ad hoc permet d’inscrire dans la durée les actions de réduction de l’empreinte environnementale de l’IT.

    Suite de l'article : 12345

Dans l'actualité